Ligue des champions : le PSG décroche à Naples le nul de l'espoir

  • A
  • A
Ligue des champions : le PSG décroche à Naples le nul de l'espoir
Les partenaires de Neymar n'ont pas réussi à gagner à Naples. @ Alberto PIZZOLI / AFP
Partagez sur :

Le PSG a fait match nul sur la pelouse de Naples, mardi soir (1-1), conservant ainsi toutes ses chances pour la qualification pour les huitièmes de finale.

Pour ne pas ruiner son avenir européen, le PSG ne devait pas perdre à Naples, mardi soir. Mission accomplie : le PSG a fait match nul au San Paolo (1-1), un point qui lui autorise, comme prévu, tous les espoirs, ses deux adversaires, Liverpool et Naples, s'affrontant lors de la dernière journée. Mais, pour être sûr de passer, le PSG n'a néanmoins plus le choix : il lui faudra battre les Reds au Parc des Princes, dans deux semaines, puis s'imposer à Belgrade, là où Liverpool s'est incliné mardi, contre toute attente (2-0). Ce n'est donc pas fait d'avance…

Bernat concrétise. Le PSG, qui avait souffert lors de la première période il y a deux semaines, a abordé ce match-ci d'une bien meilleure façon. Tenant le ballon, les joueurs de Thomas Tuchel, qui avait opté comme attendu pour un 3-4-3, avec Edinson Cavani sur le banc, n'ont concédé que des demi-occasions. Certes, ils n'en ont pas eu beaucoup non plus, à l'exception d'une demi-volée de Kylian Mbappé, parfaitement lancé par Neymar (23e).

Ces deux-là étaient d'ailleurs sur la lancée de leur match contre Lille. Disponibles, complices, travailleurs, ils ont fait peser une menace constante sur la défense napolitaine en première période. Et ce n'est pas un hasard s'ils sont à l'origine du but parisien. Lancé par le Brésilien sur le côté gauche, Mbappé s'est joué de Raul Albiol avant de trouver Juan Bernat, qui, au milieu de trois défenseurs, a trompé David Ospina. 1-0 et c'était logique finalement.


"Je pense que nous avons fait une bonne première mi-temps", a convenu Thomas Tuchel au micro de RMC Sport. "Après quinze minutes, nous avons commencé à jouer avec courage, qualité et beaucoup de structure, avec beaucoup de situations dans la surface de réparation de Naples. On n'a pas réussi à être assez décisif. La deuxième période, on a joué trop bas. On a manqué de courage pour jouer plus haut. Et on a subi la domination de Naples." Et comment !

Buffon ne fait que repousser l'échéance. Alors que l'on n'avait presque pas vu le Napoli, à l'exception de deux tirs, l'un de Jose Callejon (22e) et l'autre de Lorenzo Insigne (45e), la foudre s'est abattue en début de deuxième période sur le but parisien. Entre la 51e et la 56e, le PSG concéda une occasion par minute. Gianluigi Buffon ouvrit le bal des sauvetages, avec deux superbes interventions devant Dries Mertens. Ce fut ensuite au tour de Thilo Kehrer, devant Callejon, puis Thiago Silva, devant Mertens, d'écarter la menace. Et c'est au moment où on pensait que celle-ci s'était définitivement éloignée que le Napoli a égalisé sur un penalty d'Insigne bêtement concédé. Sur une passe, manquée, vers Callejon, Thiago Silva manqua son intervention et se rua vers le ballon, tout comme Buffon et Callejon. Le contact entre le gardien du PSG et l'attaquant du Napoli fut évident et le penalty, logique.



Le PSG, joueurs, comme président et entraîneur, pointa du doigt la décision de Björn Kuipers et de son assistant, estimant que Callejon était hors-jeu. Or, la passe n'étant pas en direction du joueur, l'arbitre a laissé le jeu se poursuivre. Il y aurait peut-être davantage à dire en revanche sur la décision de ne pas siffler penalty sur l'intervention de Nikola Maksimovic sur Bernat, toujours lui, à la 72e minute…

Après avoir égalisé, le Napoli desserra l'étreinte et c'est le PSG, où Cavani fit une entrée discrète, qui manqua l'occasion de l'emporter, sur une frappe trop croisée de Mbappé (85e). "Je pense que Paris a fait un grand match, un match sérieux, avec intensité, solidité", a convenu Buffon sur RMC Sport. "Je pense que c'est ce qu'il faut faire. Dans la deuxième mi-temps, on a eu des problèmes. On s'est battu jusqu'à la fin du match. Je crois qu'une équipe sérieuse fait ce genre de match." Ce genre de match, il faudra en refaire un le 28 novembre au Parc des Princes, face à Liverpool. Où cette fois, un match nul ne sera pas un bon résultat.