Ligue des champions : le PSG frustré par Manchester City

  • A
  • A
Ligue des champions : le PSG frustré par Manchester City
Zlatan Ibrahimovic, tête basse face à Manchester City@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Le Paris Saint-Germain est en situation délicate après le match nul concédé face à Manchester City en quart de finale aller de la Ligue des champions.

À trop laisser la porte ouverte... le PSG a fini par être rattrapé. Les Parisiens ont concédé mercredi soir un match nul qui les met en difficulté face à Manchester City (2-2), après un match mal négocié en quart de finale aller de la Ligue des champions. Surpris par l'ouverture du score de Kevin De Bruyne, les hommes de Laurent Blanc avaient pris l'avantage grâce à Zlatan Ibrahimovic et Adrien Rabiot. Las, l'égalisation de Fernandinho en fin de match rebat les cartes à une semaine du match retour, mardi, à Manchester.

Longtemps frustrés par les Citizens, les Parisiens avaient cru faire la différence grâce à leur jeune pépite Adrien Rabiot, déjà décisif pour son club formateur lors du tour précédent. Cette fois, le jeune titi a surgi sur un ballon qui traînait après une intervention d'Edinson Cavani au premier poteau, sur un corner d'Angel Di Maria (59e). Un but plein d'opportunisme pour (enfin) concrétiser la domination parisienne... croyait-on.



Ibra en manque de réalisme. Quelques instants plus tard, Zlatan Ibrahimovic a eu l'occasion d'enfoncer City mais sa tête a trouvé la transversale. Certes, le Suédois a profité d'une énorme bévue de la défense mancunienne pour maintenir les têtes parisiennes hors de l'eau après l'ouverture du score de Kevin De Bruyne (41e). Mais la superstar du PSG a surtout manqué, à l'image de son pénalty écarté par Joe Hart (14e).

Plus réaliste, Manchester City ne s'est pas fait prier pour sanctionner les errements parisiens. Le premier but anglais intervient sur une action rapide après une perte de balle dans l'entrejeu parisien. Le deuxième fait suite à une perte de balle de Serge Aurier, titulaire surprise dans ce match à hauts risques. À chaque fois, la défense parisienne est en retard. Elle a une semaine pour resserrer les boulons, en espérant que les attaquants retrouvent leur efficacité.