Ligue des champions : le PSG domine Anderlecht et se qualifie en huitièmes

  • A
  • A
Ligue des champions : le PSG domine Anderlecht et se qualifie en huitièmes
Un triplé de Kurzawa et des buts de Verratti et Neymar ont permis aux Parisiens d'assurer leur qualification en huitièmes.@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

Le Paris SG a obtenu sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, mardi, en surclassant les Belges d'Anderlecht (5-0), grâce notamment à un triplé de Layvin Kurzawa.

17 buts inscrits, aucun encaissé et une qualification acquise dès la quatrième journée : le Paris Saint-Germain a poursuivi sa démonstration dans le groupe B de la Ligue des champions. Les hommes d'Unai Emery ont surclassé Anderlecht (5-0), mardi soir au Parc des Princes, avec un triplé inattendu du défenseur gauche, Layvin Kurzawa. Dans l'autre match du groupe, le Bayern Munich l'a emporté sur la pelouse du Celtic Glasgow (2-1). Si bien que le club allemand passe lui aussi en huitièmes.

Kurzawa voit triple. C'était une soirée parfaite pour Paris, singulièrement pour Layvin Kurzawa : après avoir profité d'un ballon renvoyé par le poteau (52e), il a célébré son but en invitant ses détracteurs à se taire. Puis il a repris de la tête un centre de Dani Alves pour son doublé, et est allé danser auprès du poteau de corner (72e). Avant de croiser une frappe à ras de terre limpide, et de montrer trois doigts (78e). Oui, trois buts ! Une belle revanche pour l'arrière gauche, qui connaît des difficultés depuis quelques mois, en club comme en équipe de France, au point d'être un peu devenu la tête de Turc du moment dans le foot français. Défensivement, il s'est montré sérieux, sans avoir il est vrai énormément de travail.

"Docteur Ney" et "Mister Mar". Kurzawa a donc relevé la tête, au point de voler la vedette à la "MCN" et à Neymar. Le Brésilien, c'est un peu "Docteur Ney" et "Mister Mar". Le premier est décisif, tout de même, sur une belle frappe enroulée des abords de la surface (45e+4). En douze matches toutes compétitions confondues, "Docteur Ney" compte 11 buts et 8 passes décisives. Et le troisième but est consécutif à son coup franc renvoyé par le poteau (52e). "Mister Mar", lui, est irritant, à se compliquer la vie au lieu de jouer plus simple, à faire le mauvais choix, à semer du déchet.

Mbappé va mieux. Mais le soliste brésilien bénéficie d'un assistant de choix en la personne de Kylian Mbappé, dont il aimante toujours autant le jeu. Le Français lui a multiplié les offrandes (1re, 10e, 45e), et a lui-même tenté une frappe écrasée, sur laquelle le gardien belge plongeait bien (18e). Mbappé avait connu un coup de mou la semaine dernière, au gré de deux matches ratés contre Marseille (2-2) et contre Nice (3-0) en Ligue 1. Unai Emery lui a offert l'occasion de se relancer, et plutôt que de le supplanter par Angel Di Maria dès le coup d'envoi, il l'a fait en cours de match (63e). Même s'il n'a pas encore retrouvé son meilleur niveau, le jeune prodige de 18 ans s'est montré de nouveau prépondérant, avec une passe décisive pour Marco Verratti ouvrant le score d'une frappe enroulée (30e).

Verratti retrouve la lumière. Une belle réponse aussi de la part du "Petit Hibou" italien, devenu quelconque ces derniers temps et qui, au delà de ce but, a retrouvé son influence et ses passes lumineuses. C'était décidément la soirée des revanchards ! Donc pas celle d'Edinson Cavani, gourmand de buts depuis le début de la saison. Il a raté une "madjer" (20e), placé une tête à côté sur un corner dans la foulée, et, en bonne position, été contré in extremis (61e). Mais il a aussi été acclamé par le public qui voulait un but de son "Matador", désormais à 15 buts en 15 matches toutes compétitions confondues.

"Le match contre Bruges pour nous (le week-end prochain, ndlr), est le plus important", avait dit lundi l'entraîneur d'Anderlecht, Hein Vanhaezebrouck. Cap sur le Championnat de Belgique pour les Mauves. Et pour Paris, cap sur le printemps européen.