Ligue des champions : PSG, une "manita" pour commencer

  • A
  • A
Ligue des champions : PSG, une "manita" pour commencer
Le trio d'attaque du Paris Saint-Germain s'est illustré : Mbappé et Neymar ont marqué, tout comme Cavani, auteur d'un doublé.@ Andy BUCHANAN / AFP
Partagez sur :

Pour son entrée dans la compétition, le PSG s'est tranquillement imposé (5-0) sur la pelouse du Celtic Park, mardi soir.

Quoi de mieux qu'une "manita", cette spécialité catalane, pour oublier l'humiliation subie en mars dernier sur la pelouse du Barça ? Le PSG a entamé sa Ligue des champions 2017-18 par une victoire 5-0, comme les cinq doigts de la main, sur la pelouse d'un Celtic Glasgow rapidement dépassé par les événements. Les trois membres de la ligne d'attaque parisienne, Neymar, Kylian Mbappé et Edinson Cavani, ont tous les trois marqué, comme ce fut le cas déjà vendredi dernier, à Metz, donnant un peu plus de crédit à leur nouveau surnom "MCN" (Mbappé-Cavani-Neymar), pastichant l'ancienne "MSN" du Barça (Messi-Suarez-Neymar). Mais il faudra bien évidemment les revoir ailleurs qu'à Metz ou à Glasgow.

Neymar déclenche tout. Il n'a pas fallu longtemps pour saisir le gouffre qui sépare les deux équipes. Dès les premières minutes de jeu, les Parisiens ont imposé leur supériorité technique face à des Écossais qui ont abusé du jeu dur. Mais c'est paradoxalement sur l'une de leurs rares offensives qu'ils ont craqué. L'arbitre de la rencontre n'a pas signalé une "poussette" de Dani Alves, laissant le PSG développer son contre. Adrien Rabiot, étincelant jusqu'à sa sortie à l'heure de jeu, a servi Neymar dans l'espace. Le Brésilien a résisté à son adversaire direct, avant de tromper Craig Gordon d'une habile frappe sous la barre (0-1, 19e). Neymar était également à l'origine du deuxième but, inscrit par Kylian Mbappé après un raté d'Edinson Cavani (0-2, 34e). L'Uruguayen se reprit six minutes plus tard, en provoquant puis en transformant sans trembler un penalty (0-3, 40e).

22, v'là Cavani ! Grâce à ce but, Cavani devenait le meilleur buteur de l'histoire du PSG en Coupe d'Europe, devant Zlatan Ibrahimovic (21 buts contre 20). Il allait ajouter un 22ème à sa collection personnelle, d'une très belle tête plongeante après rebond (86e) tout au bout d'une deuxième période sans suspense et sans grand intérêt, il faut bien le reconnaître. Entré en jeu à la place de Rabiot, Julian Draxler, à l'origine du quatrième but, inscrit contre son camp par Mikael Lustig (84e), a néanmoins montré qu'il faudrait compter (aussi) avec lui cette saison.

Areola assure. À l'autre bout du terrain, le gardien parisien Alphonse Areola a répondu aux sceptiques et rassuré les supporters en sortant plusieurs ballons chauds et son premier grand match de la saison. Au micro, les joueurs parisiens étaient évidemment satisfaits de la tournure des événements, à commencer par le premier d'entre eux, Neymar, auteur de son cinquième but contre le Celtic en Ligue des champions.

"Je suis très content pour mon équipe, c'était important de s'imposer", a souligné au micro de BeIN Sports le Brésilien, "asticoté" par son garde du corps, l'impétueux Anthony Ralston, 18 ans, et sifflé par le public, qui a assisté à la plus lourde défaite de son équipe en Coupe d'Europe. La dernière fois que le PSG s'était imposé au Celtic Park, en novembre 1995 (3-0), il avait remporté le trophée (la Coupe des Coupes) dans la foulée. Les plus optimistes y verront un signe…