Ligue des champions : Coman, le nouveau Ribéry ?

  • A
  • A
Ligue des champions : Coman, le nouveau Ribéry ?
Kingsley Coman est actuellement le meilleur passeur de la Ligue des champions, avec cinq passes décisives.@ Odd ANDERSEN/AFP
Partagez sur :

Kingsley Coman pourrait prendre la succession de Franck Ribéry sur le côté gauche de l'attaque du Bayern, qui se déplace sur le terrain de l'Atlético mercredi.

Kingsley Coman va-t-il disputer une deuxième finale de Ligue des champions consécutive avec un deuxième club différent ? Après l'élimination du Barça en quarts de finale, le jeune Français est en effet le seul, avec son coéquipier chilien du Bayern Munich Arturo Vidal, à pouvoir réaliser ce petit exploit. L'année dernière, alors à la Juventus Turin, le joueur formé au PSG, entré en jeu à la 89ème minute, avait dû se contenter d'un rôle de spectateur lors de la défaite face au Barça (3-1). Son rôle pourrait être tout autre, cette année, si jamais le Bayern parvenait à se débarrasser du redoutable Atlético de Madrid, lors d'une demi-finale dont le match aller a lieu mercredi soir.

Meilleur passeur de la Ligue des champions. En effet, Coman est actuellement, avec cinq passes décisives, le meilleur passeur de la compétition avec Neymar (Barcelone) et Alexis Sanchez (Arsenal). La performance, à laquelle on doit ajouter deux buts inscrits, est d'autant plus remarquable qu'elle a été réalisée en six matches et 345 minutes de jeu seulement. Ce qui fait de Coman le joueur le plus décisif en Ligue des champions cette saison derrière un certain Cristiano Ronaldo. On retient surtout sa performance en huitièmes de finale retour, face à… la Juventus Turin. Ce soir-là, Coman avait offert le but de l'égalisation à Thomas Müller (2-2, 90ème + 1) avant d'inscrire celui du 4-2, qui scellait définitivement la qualification des siens pour les quarts de finale.

"Il a tout l'avenir devant lui". "Très peu de joueurs réussissent à 19 ans, mais dès le premier jour, on a vu ce qu'il était capable de faire", dit Thomas Müller. Si Coman a réussi à percer au Bayern, c'est aussi parce que son entraîneur, Pep Guardiola, a dû faire une grande partie de la saison sans Franck Ribéry, longtemps blessé. Cette saison 2015-16 pourrait donc marquer une sorte de passage de témoin entre le Nordiste, âgé de 33 ans, et le Parisien, 19 ans seulement. "J'espère qu'il sera la nouveau Ribéry", dit de lui 'Francky'. "Il est en confiance. Je parle beaucoup en français avec lui, il est encore jeune. Il sait qu'il est sur la bonne voie, mais il peut encore faire mieux. Il a tout l'avenir devant lui et il peut apprendre beaucoup au contact des grands joueurs de cette équipe."

Ribéry évoque la réussite actuelle de Coman :


À son arrivée, Coman, prêté jusqu'à la fin de la saison 2016-17 au Bayern, n'avait pas tari d'éloge sur son aîné. "Ça reste un exemple pour n'importe quel joueur qui évolue à mon poste (ailier gauche, ndlr), et pour n'importe quel joueur français", avait rappelé Coman.

Coman parle de Ribéry lors de son arrivée au Bayern :


Une même confiance en soi. Le parallèle entre les deux hommes est d'autant plus évident qu'outre leur talent balle au pied, ils possèdent également une bonne dose de confiance en eux. Comme Ribéry, passé en quelques mois de Metz à Galatasaray, puis de Galatasaray à l'OM, Coman n'a jamais hésité quand il s'est agi de quitter le PSG pour la Juve à 18 ans seulement. Dans leurs discours aussi, les deux ne manquent pas de toupet. Quand Ribéry annonce à demi-mots vouloir revenir en équipe de France, un an et demi après avoir annoncé sa retraite internationale, son cadet arrive chez les Bleus "avec l'intention de tout casser", selon ses termes. "Même si la sélection, c’est autre chose, il n’y a pas plus de pression ici", avait-il déclaré lors de son premier rassemblement. Force est de constater que Coman a mis son discours en pratique lors de ses différentes entrées en jeu avec les Bleus, et notamment face à la Russie, où il a clos le score d'un but magnifique.

Coman marque le but du 4-2 face à la Russie avec les Bleus :


Coman pourra-t-il s'installer sur la durée au Bayern Munich, comme l'a fait son aîné (Ribéry évolue en Bavière depuis 2007) ? Cela reste encore à prouver. Dans un entretien au quotidien britannique The Guardian, Coman parle déjà de la Premier League comme du championnat le "plus intéressant". Il lui faudra également "digérer" le départ de Pep Guardiola vers Manchester City. La saison prochaine, il retrouvera Carlo Ancelotti en tant que coach, lui qui l'avait lancé en Ligue 1 à l'âge de 16 ans et huit mois avec le PSG sur la pelouse de Sochaux, le 17 février 2013. C'était il y a à peine trois ans, mais dans la carrière de Kingsley Coman, cela paraît déjà être une éternité.