Ligue des champions : cinq raisons de "se consoler" avec Barcelone-Chelsea

  • A
  • A
Ligue des champions : cinq raisons de "se consoler" avec Barcelone-Chelsea
Samuel Umtiti et Ousmane Dembélé vont tenter de se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions, mercredi.@ LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :

Le PSG n'est plus en Ligue des champions, mais la compétition offre mercredi un choc à suivre, notamment pour nous Français.

Vous le savez sans doute, mais le dernier club français engagé en Ligue des champions, le PSG, a été éliminé la semaine dernière par le Real Madrid (1-3, 1-2). Pour autant, cela ne signifie pas que la compétition n'a plus d'intérêt, bien évidemment. Et les huitièmes de finale retour nous proposent mercredi soir une affiche spectaculaire entre le Barça et Chelsea, un choc indécis (il y a eu 1-1 lors du match aller) et très intéressant à suivre pour nous Français, à trois mois jour pour jour du match d'ouverture de la Coupe du monde.

Ousmane Dembélé, un cap à franchir. C'était en juin 2017, la France battait l'Angleterre (3-2) avec un duo de feu en attaque : Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé. L'été est passé, les deux ont été transférés, et si le premier s'est fait une place au PSG, l'autre attend toujours de rayonner à Barcelone. Onze malheureux matches au compteur depuis le début de la saison, bien mal entamée avec une blessure à la cuisse gauche dès sa troisième apparition. Et à trois mois du Mondial, le bilan avec son nouveau club est famélique : quatre passes décisives et zéro but marqué. Mais alors que la Ligue des champions arrive dans ses instants critiques, son heure est peut-être enfin venue.

Philippe Coutinho, acheté cet hiver pour 160 millions d'euros à Liverpool, n'est pas qualifié. Et Andres Iniesta est incertain pour le match de mardi soir. Il est donc fort probable que Dembélé, plutôt à son avantage le week-end dernier à Malaga (2-0), soit titulaire d'entrée, sur l'aile dans un 4-3-3 offensif ou à droite, au milieu du terrain, dans un 4-4-2 plus traditionnel. L'ancien joueur du Borussia Dortmund, âgé de 20 ans, devrait en tout cas avoir l'occasion de faire taire les sceptiques, qui pointent du doigt sa tendance au papillonnage et son hygiène de vie aléatoire. Et alors que la France ne manque pas de talents en attaque (Griezmann, Martial, Fekir, Lacazette, Thauvin, etc.), il lui est urgent aussi, de convaincre Didier Deschamps.

La chance de Giroud ? La problématique est un peu différente pour Olivier Giroud. En décembre, le sélectionneur national avait réitéré sa confiance en son attaquant mais il avait fait passer un message : pour garder sa place en équipe aux côtés d'Antoine Griezmann, l'ancien Montpelliérain devait jouer davantage. Placardisé à Arsenal, il a été transféré cet hiver à Chelsea.

Problème : il n'a pas joué davantage ces dernières semaines, avec cinq apparitions pour un but seulement. Son entraîneur, Antonio Conte, lui préfère parfois l'Espagnol Alvaro Morata, quand il ne place pas le Belge Eden Hazard en pointe, comme ce fut le cas lors du match aller. Mais les dernières sorties sans vrai avant-centre, notamment sur le terrain de Manchester City (défaite 1-0) n'ont pas  été rassurantes. Alors… "Que l'on joue avec Hazard en n°9 ou avec Giroud ou Morata en pointe avec Hazard en n°10, c'est important de comprendre que l'on va souffrir", a souligné Conte. Une chose est sûre aussi : si Giroud joue, ne serait-ce que quelques minutes, il a tout intérêt à se montrer performant.

Les tauliers Umtiti et Kanté au révélateur. Si les titularisations de Dembélé et surtout de Giroud ne sont pas acquises, il y aura à coup sûr deux joueurs de l'équipe de France à observer mercredi soir : Samuel Umtiti côté catalan et N'Golo Kanté côté londonien. Passé de Lyon à Barcelone à l'été 2016 pour 25 millions d'euros (une somme qui paraît presque dérisoire aujourd'hui pour un joueur de ce calibre), Umtiti est devenu un taulier au Barça et en équipe de France. Son duel éventuel mercredi soir contre Giroud pourrait être savoureux.

De duel, il sera également question au milieu du terrain pour N'Golo Kanté. L'infatigable moteur tricolore, qui doit faire chez les Bleus avec la concurrence de Paul Pogba, Blaise Matuidi, Corentin Tolisso ou Adrien Rabiot, aura avec lui l'ancien Blaugrana Cesc Fabregas et face à lui l'un des milieux les plus solides d'Europe, avec Sergio Busquets, Ivan Rakitic et Paulinho. On a hâte de (re)voir ça.

Hazard et "Azpi", les anciens de la Ligue 1. Les supporters du Losc le revoient sans doute à chaque fois avec bonheur mais aussi avec un petit pincement au cœur. Eden Hazard, c'est l'image d'un Losc flamboyant, champion de France en 2011, bien loin des turpitudes actuelles. Depuis son transfert chez les Blues, le Belge est devenu la figure incontournable de Chelsea, avec lequel il dispute sa sixième saison. Sixième saison aussi pour le latéral espagnol César Azpilicueta, dit "Azpi", arrivé de l'OM à Chelsea à l'été 2012.

Il sera sans doute le seul ancien de Ligue 1 à arpenter les couloirs, puisque Lucas Digne devrait logiquement s'asseoir sur le banc du côté du Barça. Enfin, l'ancien Monégasque Tiémoué Bakayoko, en délicatesse avec son physique comme avec son jeu cette saison à Chelsea, ne devrait pas, lui non plus, fouler la pelouse du Camp Nou. Pas forcément un bon point dans l'optique de la Coupe du monde.

Conte, futur technicien du PSG ? Le PSG n'est plus visible en Ligue des champions mais peut-être que son futur entraîneur, lui, l'est. Antonio Conte, actuel coach de Chelsea, fait en effet partie de la "short list" pour remplacer Unai Emery, dont le contrat arrive à terme en juin prochain. Conte, c'est un style, accrocheur et réaliste, sur le terrain, mais aussi sur le bord de la touche, avec une activité débordante et débridée. Ça changerait.

Et puis, pour conclure, il n'y pas forcément besoin de toutes les raisons sus-citées pour s'intéresser à ce Barça-Chelsea, quand on aime le football, qu'on suive de près l'équipe de France ou non. Car il y a Messi.