Ligue 1 : l'UNFP soutient le Bordelais Sertic, "menacé de mort" par des supporters

  • A
  • A
Ligue 1 : l'UNFP soutient le Bordelais Sertic, "menacé de mort" par des supporters
Les Girondins avaient expliqué dimanche avoir temporairement placé Sertic sous protection.@ NICOLAS TUCAT / AFP
Partagez sur :

Le milieu de terrain bordelais a reçu vendredi soir de nombreuses menaces de mort, en raison d'un possible départ pour l'OM lors du mercato. 

Le syndicat des joueurs professionnels (UNFP) a apporté son "soutien inconditionnel" au milieu de Bordeaux Grégory Sertic, "menacé de mort" par des supporters pour cause de contacts avec l'Olympique de Marseille.

Placé sous protection. Les Girondins avaient expliqué dimanche avoir temporairement placé Sertic sous protection. Selon Sud Ouest, le joueur de 27 ans a reçu vendredi soir un paquet avec des menaces de mort, en cas de départ pour l'OM. "Pour tranquilliser le joueur, nous l'avons mis sous protection lors du déplacement à Nancy", avait déclaré le président Jean-Louis Triaud à l'AFP. "On a aussi surveillé sa maison mais la protection depuis a été levée".

Soutien également à Mounier. "Voilà donc qu'un joueur a été menacé de mort pour avoir manifesté sa volonté de changer d'air, et que son club, prenant les choses très au sérieux et c'est tant mieux, a dû s'employer pour le protéger. Lui et sa compagne !", s'insurge l'UNFP. Ce "soutien inconditionnel", l'UNFP l'apporte également à Anthony Mounier, arrivé en prêt de Bologne à Saint-Étienne la semaine dernière, mais qui a dû rentrer en Italie face à l'hostilité virulente de certains supporters des Verts, mais qui ne peut pas jouer et pourrait quitter les Verts, tout simplement parce qu'il a été formé chez le grand rival lyonnais. 

Un joueur de Niort insulté par le président de Tours. "Est-il besoin de préciser que nous n'aurions jamais imaginé devoir, un jour, être justement dans l'obligation de soutenir des footballeurs simplement pour défendre leur droit à exercer leur métier en France, simplement pour protéger leur intégrité morale et physique ou celle de leur famille ?", déplore encore l'UNFP. Enfin, le syndicat soutient Laurent Agouazi, qui évolue à Niort en Ligue 2. L'UNFP reproche au président du club de Tours Jean-Marc Ettori d'avoir "insulté sa mère" avec "vulgarité, irrespect et misogynie". Après le nul entre les deux clubs vendredi (0-0), Niort avait accusé Ettori d'avoir "franchi les limites de l'acceptable", "entre les insultes raciales et celle envers la famille" du milieu de terrain.