Ligue 1 : le stade Rennais s'impose face au Gazélec Ajaccio

  • A
  • A
Ligue 1 : le stade Rennais s'impose face au Gazélec Ajaccio
Partagez sur :

C'est un beau cadeau pour le nouvel entraîneur de Rennes, Rolland Courbis. Le club breton a mis fin, vendredi soir, à dix rencontres consécutives sans victoire à domicile contre Ajaccio. 

Une victoire 1-0. Rennes a souhaité la bienvenue à son nouvel entraîneur Rolland Courbis en mettant fin à dix matches consécutifs sans victoire à domicile contre Ajaccio (1-0), en ouverture de la 22e journée de Ligue 1, vendredi. Deux jours après avoir licencié son coach Philippe Montanier mercredi, Rennes monte provisoirement sur le podium de la Ligue 1, en attendant les rencontres de samedi et de dimanche. Grâce à un but dans les arrêts de jeu, Rennes, avec 34 points, dépasse à la différence de but Angers, qui se rendra au Parc défier le PSG samedi.

Une victoire symbolique. Il n'est évidemment pas possible de parler encore d'"effet Courbis", mais cette victoire est tout de même lourde de symbole. Au coup d'envoi, la seule petite retouche qu'il avait mise en oeuvre était celle annoncée cette semaine en décalant l'avant-centre Giovanni Sio à droite, pour recentrer Ousmane Dembélé. Attendus au tournant après leur élimination en 16es de finale de la Coupe de France face à Bourg-en-Bresse (L2, 3-1), les Rouge et Noir ont fait preuve de dynamisme et d'engagement. Mais leur manque de maîtrise collective et de précision technique dans le dernier geste ou l'avant-dernier restent criants. Il faut dire qu'avec un Ajaccio invaincu lors des onze derniers matches de championnat (6 victoires et 5 nuls), Rennes avait un client en face.

L'ouverture du score est venue sur une longue ouverture millimétrée de Romain Danzé pour Kamil Grosicki, qui s'est emmené le ballon dans la surface. La frappe du Polonais a été déviée par le défenseur ajaccien Roderic Filippi, a frappé le poteau avant de passer la ligne (1-0, 90+1). Joueurs, les Ajacciens peuvent regretter les opportunités manquées par John Tshibumbu (7e, 12e, 42e), sur une frappe lointaine de Jérôme Le Moigne (69e) ou sur un tir de Damjan Djokovic (58e).