Ligue 1 : Aulas convoqué pour ses propos sur Al-Khelaïfi et Desplat

  • A
  • A
Ligue 1 : Aulas convoqué pour ses propos sur Al-Khelaïfi et Desplat
Le président de l'OL est coutumier des déclarations chocs dans les médias et sur les réseaux sociaux.@ AFP
Partagez sur :

Interrogé le 25 janvier par la chaîne L'Équipe sur sa préférence entre le président du PSG et celui de Guingamp, Aulas avait répondu : "choisir entre la peste et le choléra, c'est difficile".

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas va devoir s'expliquer devant la commission de discipline de la LFP pour ses propos sur ses homologues du PSG et Guingamp, à la demande du conseil national d'éthique de la Fédération lundi.

Interrogé le 25 janvier sur la chaîne L'Équipe sur sa préférence entre le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi et le Guingampais Bertrand Desplat, Aulas avait répondu : "choisir entre la peste et le choléra, c'est difficile". Le conseil national d'éthique (CNE) de la Fédération a décidé de saisir les instances disciplinaires pour ces propos, y voyant un "manquement aux articles de la Charte Éthique du Football relatifs au respect de ses adversaires, à la maîtrise de soi et au devoir d'exemplarité". La date de sa convocation n'est pas encore connue.

Le président de l'OL avait évoqué une "boutade". Sur Twitter, Jean-Michel Aulas avait évoqué une simple "boutade" dans une séquence "humoristique". "C'était de l'humour dans l'atmosphère de l'émission .... Ces deux bons présidents sont chacun dans leur catégorie de vrais managers : une préférence pour Nasser qui a été et sera Champion de France et qui gagnera la Ligue des champions".

Après OL-Bordeaux, samedi, il s'en est pris à l'arbitrage. Le président de l'OL est coutumier des déclarations chocs dans les médias et sur les réseaux sociaux. Dimanche, après la défaite des Lyonnais à Bordeaux (3-1), il s'en était par exemple pris à l'arbitrage, expliquant qu'il aurait fallu nommer un autre arbitre pour la rencontre, car François Letexier était dans "une situation psychologique extrêmement fragile" en raison d'un précédent penalty litigieux lors de Toulouse-Lyon.