Euro 2016 : les enjeux de France-Ecosse

  • A
  • A
Euro 2016 : les enjeux de France-Ecosse
Les Bleus n'ont plus qu'un match avant l'Euro pour se régler.@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

À six jours du coup d'envoi de l'Euro, la France affronte l'Ecosse samedi soir, à Metz. Après leur victoire face au Cameroun (3-2), les Bleus ont encore des choses à régler.

Une course contre la montre. L'Euro débute dans moins d'une semaine, et les problèmes ne sont pas tous réglés pour les Bleus, loin de là. Entre une défense décimée, un milieu de terrain remanié et la sortie polémique de Benzema venant perturber la vie du groupe, les hommes de Didier Deschamps devront répondre en 90 minutes aux interrogations qui se posent encore. L'Ecosse, c'est un match pour...

Un match pour... trouver sa défense. C'est le principal casse-tête de Didier Deschamps. Après les forfaits de Debuchy, Varane, Mathieu et la mise à l'écart de Sahko, la défense tricolore sera complètement inédite à l'Euro. Et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Le côté gauche reste immuable, Patrice "Tonton" Evra reste en poste. Côté droit, Sagna peu rassurant, a toujours autant de mal à adresser un bon centre, et on est sympa. Christophe Jallet pourrait lui être une bonne alternative. Mais... enfin bon voilà quoi... La défense centrale fait débat elle aussi. Varane absent, c'est Rami qui en a profité pour passé de "vacancier mojito" à titulaire pour l'Euro. Problème, il a livré une médiocre performance contre le Cameroun, et il ne lui reste plus qu'un match avant l'Euro pour trouver ses repères avec (le moins mauvais) Laurent Koscielny. Moins mauvais ne veut pas dire plus rassurant.

Un match pour... rassurer Olivier Giroud. Victime d’un “déferlement médiatique” comme il l’affirmait à l’Equipe vendredi, Olivier Giroud se doit d’endosser le costume de chef de file de l’attaque française. Buteur face au Cameroun, mais sifflé lors de son remplacement, le Gunner ne comprend pas vraiment les critiques à son égard en équipe de France. Difficile de lui donner tort, quand on sait qu’il a marqué à cinq reprises lors de ses six dernières sélections. Le fantôme Benzema peut-être... ?

Un match pour… remplacer Lassana Diarra. En sentinelle, il était LA référence des Bleus. Auteur d'une magnifique saison avec l'OM, "Lass" avait assuré sa place d'indéboulonnable au poste de milieu défensif. Mais voilà, l'épidémie de blessures qui touchait uniquement la défense s'est propagée un cran plus haut. Schneiderlin rappelé en renfort, Didier Deschamps devrait toutefois plutôt faire confiance à Cabaye, titulaire au poste avant le retour de "Lass", ou bien N'Golo Kanté, qui avait effectué toute la seconde période contre le Cameroun au poste de sentinelle. Sauf que ce n'est pas du tout sa place "naturelle".

Un match pour… trouver son ailier gauche. C’est un problème de riches, mais un problème quand même. Qui aligner sur la gauche de l’attaque entre Payet, Martial et Coman ? Dans l’axe et sur le côté droit, cela semble acté pour Giroud et Griezmann. Mais sur l’aile gauche, Anthony Martial, absent contre les Lions indomptables, était le titulaire indiscutable de Deschamps jusqu’alors. Mais il s’est vu griller la priorité par un Dimitri Payet prouvant face aux Camerounais qu’il est une force de frappe non négligeable sur coup de pied arrêté et dans le jeu. Kingsley Coman a plus un profil “supersub”, capable de mettre le feu dans les dernières minutes. Mais qui sait...