Les dix stades de l’Euro 2016

  • A
  • A
Les dix stades de l’Euro 2016
Le Stade de France accueillera le match d'ouverture le 10 juin et la finale le 10 juillet. @ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Du Stade de France, 80.000 places, au Stade municipal de Toulouse, 33.000 places, revue des enceintes qui accueilleront l’Euro 2016. 

J-100

Dix stades accueilleront du 10 juin au 10 juillet l’Euro 2016 de football. Tour d’horizon à 100 jours du coup d’envoi. A noter que, le temps de l'Euro, les stades ne doivent pas porter de noms de marques.

stades-afp-800

  • Stade de France (Saint-Denis/Paris)

Capacité : 80.000 places

Programme : le match d'ouverture (France-Roumanie), trois autres rencontres de poules (Eire-Suède, Allemagne-Pologne, Islande-Autriche), un 8e de finale, un quart de finale et la finale.

Construit pour le Mondial 1998, remporté par la France, inauguré en janvier de cette même année par une victoire contre l'Espagne sur un but de Zidane (1-0), le "SDF" est le plus grand stade de l'Hexagone, réservé pour les finales des coupes nationales et les matches de prestige des Bleus. Il n'a pas nécessité de travaux de rénovation. Son histoire récente est marquée par le 13 novembre 2015, lorsque trois kamikazes se sont fait exploser dans son périmètre, n'ayant pu pénétrer dans les tribunes où quelque 80.000 spectateurs assistaient au match amical France-Allemagne. Ces actes terroristes ont fait un mort, tandis que dans le même temps d'autres attentats frappaient Paris (129 morts).

  • Stade Vélodrome (Marseille)

Capacité : 67.000 places

Programme : quatre matches de poules (Angleterre-Russie, France-Albanie, Islande-Hongrie, Ukraine-Hongrie), un quart de finale et une demi-finale.

Inauguré en 1937 avec une piste de cyclisme, rénové et livré en octobre 2014, le Vélodrome est devenu le deuxième plus grand stade français. Une toiture a été installée. Les travaux ont coûté 268 millions d'euros, et le club résident - mais pas propriétaire -, l'Olympique de Marseille, a mené de rudes négociations avec la mairie pour ne pas payer le loyer trop cher. N'être que locataire empêche l'OM de rhabiller entièrement le stade. Le Vélodrome accueille aussi des matches de rugby (RC Toulon) et des concerts.

  • Stade de Lyon (Décines-Charpieu/Lyon)

Capacité : 59.000 places

Programme : quatre matches de poules (Belgique-Italie, Ukraine-Irlande du Nord, Roumanie-Albanie, Hongrie-Portugal), un 8e de finale et une demi-finale.

Ce stade, projet au long cours du président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas, club propriétaire, a été inauguré le 9 janvier avec un match de Ligue 1 contre Troyes (4-1), et c'est depuis dimanche le seul où le PSG s'est incliné en compétitions françaises depuis un an. Il est situé à une dizaine de kilomètres du centre de Lyon. La pelouse est hybride (gazon naturel et composants synthétiques) afin de supporter l'enchaînement des matches.

  • Stade Pierre-Mauroy (Villeneuve-d'Ascq/Lille)

Capacité : 50.000 places

Programme : quatre matches de poules (Allemagne-Ukraine, Russie-Slovaquie, Suisse-France, Italie-Eire), un 8e de finale et un quart de finale.

L'enceinte, située dans la banlieue lilloise et dotée d'un toit rétractable, a été inaugurée en août 2012. En configuration football, elle dispose de plus de 7000 places VIP et de 76 loges. Le stade a accueilli la finale de la Coupe Davis 2014 de tennis, la phase finale de l'Eurobasket-2015 ou encore plusieurs concerts, dont ceux de Rihanna et Johnny Hallyday.

  • Parc des Princes (Paris)

Capacité : 45.000 places

Programme : quatre matches de poules (Turquie-Croatie, Roumanie-Suisse, Portugal-Autriche et Irlande du Nord-Allemagne) et un 8e de finale.

Propriété de la mairie de Paris, le Parc vient de subir deux ans de travaux, essentiellement d'embellissement (loges VIP agrandies, nouveaux vestiaires). La grande réussite de ces retouches concerne surtout la pelouse, la meilleure de France sinon d'Europe, posée et "bichonnée" par le jardinier britannique du PSG, Jonathan Calderwood. Le stade actuel, inauguré en 1972, est le troisième sur ce site: le premier avait ouvert ses portes en 1897, le deuxième en 1932. Il a fait figure de grand stade national après celui de Colombes et avant celui de Saint-Denis. Il doit son nom à son emplacement, un ancien terrain de chasse royal au XVIIIe siècle.

  • Stade de Bordeaux (Bordeaux)

Capacité : 42.000 places

Programme : quatre matches de poules (Galles-Slovaquie, Autriche-Hongrie, Belgique-Eire, Croatie-Espagne) et un quart de finale.

Livré au printemps dernier au bout de 26 mois de travaux, ce nouveau stade accueille les matches des Girondins de Bordeaux. Lors des six premiers mois d'utilisation, des incidents d'ordre sécuritaire ont eu lieu avec des barrières placées derrière les buts qui n'ont pas résisté à la poussée des supporteurs massés et se sont ouvertes, sans faire de blessé grave. "Un reparamétrage" a été effectué par les constructeurs, sans nouvel incident depuis.

  • Stade Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne)

Capacité : 42.000 places

Programme : trois matches de poules (Portugal-Islande, République Tchèque-Croatie, Slovaquie-Angleterre) et un 8e de finale.

Le stade, inauguré en 1931, est opérationnel dans sa configuration Euro depuis décembre 2014, après des travaux de modernisation. Les places sont assises et couvertes, les angles de l'enceinte ont été fermés et toutes les tribunes sont à la même hauteur désormais. Surnommé le "Chaudron" pour son ambiance bouillante, c'est l'un des principaux stades de l'histoire du foot français depuis la grande époque de l'équipe de Saint-Etienne dans les années 1970.


  • Stade Félix-Bollaert-Delelis (Lens)

Capacité : 35.000 places

Programme : trois matches de poules (Albanie-Suisse, Angleterre-Galles, République Tchèque-Turquie) et un 8e de finale.

Le stade a subi un important lifting. La rénovation, achevée en août 2015, a été réalisée en moins de 18 mois. Le projet initial, dont le budget dépassait 100 millions d'euros, prévoyait pourtant de porter la capacité de l'enceinte de 41.229 à 44.000 places. Mais, en raison de problèmes de financement, il a fallu voir moins grand et moins cher (70 M EUR). Construit par des mineurs au chômage en 1933, le stade était autrefois de forme ovale, mais est devenu rectangulaire lors de la construction de la première des quatre nouvelles tribunes, en 1976. Le stade associe le nom de Félix Bollaert (ancien directeur commercial de la Société minière de Lens) à celui d'André Delelis (maire de la ville de 1966 à 1998, décédé en 2012).

  • Stade de Nice (Nice)

Capacité : 35.000 places

Programme : trois matches de poules (Pologne-Irlande du Nord, Espagne-Turquie, Suède-Belgique) et un 8e de finale.

Le projet de l'Allianz Riviera a été lancé avant l'attribution de l'Euro-2016 à la France. Construit en partenariat public privé (PPP), il se veut un modèle écologique, avec la récupération des eaux de pluie pour l'arrosage et quelques 7000 m² de panneau photo-voltaïques. Inauguré en septembre 2013, le club n'en est que le principal locataire. Le stade abrite également le Musée national du Sport depuis octobre 2014.

  • Stadium municipal (Toulouse)

Capacité : 33.000 places

Programme : trois matches de poules (Espagne-République Tchèque, Italie-Suède, Russie-Galles) et un 8e de finale.

Les travaux de rénovation, entamés en 2013, se sont achevés en janvier 2016, avec l'installation des derniers sièges et la finalisation des portiques d'entrée. La pelouse avait été posée durant la trêve estivale. Inaugurée en 1937, cette enceinte est située sur une île au coeur de Toulouse. En 2001, le stade a dû subir des réparations après l'explosion de l'usine chimique AZF à proximité.