Les Bleus font leur rentrée, Deschamps doit bricoler

  • A
  • A
Les Bleus font leur rentrée, Deschamps doit bricoler
De nombreuses interrogations planent sur la forme des Bleus, quand ceux-ci ne sont pas blessés.
Partagez sur :

LISTE DES 23 - Le sélectionneur des Bleus révèle sa première sélection post-Euro jeudi, en vue du match amical contre l'Italie et du match de qualification pour la Coupe du monde 2018 contre la Biélorussie.

Dur dur de se remettre dans le bain. Moins de deux mois après la cruelle défaite des Bleus en finale de « leur » Euro, les joueurs de Didier Deschamps se préparent à revêtir à nouveau le maillot frappé du coq. Fini de ressasser les fantômes du Stade de France, place à l’avenir. Un avenir proche, avec le 1er septembre un match amical face à l’Italie, à Bari, mais surtout, cinq jours plus tard, un match déjà important en Biélorussie, afin de lancer la campagne de qualifications pour la Coupe du monde 2018. Le sélectionneur doit livrer sa liste jeudi, à 14h, des questions - et des tourments - plein la tête, tant l’incertitude domine sur l’état de forme actuel de ses troupes.

GARDIENS

Sans capitaine à la barre. "DD" devra d’abord se passer de son capitaine et homme de confiance Hugo Lloris, blessé aux ischios-jambiers. Steve Mandanda, titulaire mardi pour la première fois avec son nouveau club de Crystal Palace, devrait sans trop de suspense être titulaire. Derrière, Benoît Costil et Alphonse Aréola, revenu au PSG cet été pour s’imposer, devraient jouer les doublures.

DÉFENSE

Varane de retour, qui sera le quatrième ? En défense centrale, trois joueurs seront assurément présents : Laurent Koscielny, qui a repris sa saison avec Arsenal, tout comme Raphaël Varane, de retour en forme après une blessure qui l’avait privé de l’Euro. Enfin, Samuel Umtiti, qui s’impose doucement mais sûrement au Barça, dans la lignée de son aventure réussie en bleu, sera du voyage. Adil Rami, titulaire une seule fois sur les quatre matches officiels joués par le FC Séville cette saison, est lui victime de soucis musculaires. Quant à Mamadou Sakho et Eliaquim Mangala, ils semblent dans l’impasse avec leur club actuel. Le premier a été viré de la tournée estivale avec Liverpool et ne serait plus en odeur de sainteté du côté de la Mersey. La situation de Mangala n’est guère plus enviable : son nom ne figure même pas dans la liste de joueurs qualifiés pour la Ligue des champions avec Manchester City.

À droite, ça se complique. Sur les côtés, les questions sont également nombreuses. Du moins sur l’aile droite de la défense, où Bacary Sagna, blessé, est très incertain d’être rétabli à temps, et où Christophe Jallet a lui aussi dû multiplier les allers-retours à l’infirmerie. Le Lyonnais n’a joué que trente petites minutes cette saison, lors du Trophée des champions remporté par le PSG. Pour Mathieu Debuchy, disparu des écrans radars à Arsenal, cela semble aussi compliqué de postuler. Djibril Sidibé, réserviste à l’Euro, pourrait en revanche être appelé après ses débuts réussis à Monaco.

Kurzawa, son heure est-elle arrivée ? Côté gauche, l’heure semble être venue pour Layvin Kurzawa, qui a démarré sa saison parisienne en trombe, inscrivant même deux buts en deux matches de championnat. À moins que Deschamps ne fasse confiance –comme il l’a souvent fait- à Lucas Digne, bien intégré à Barcelone. Car Patrice Evra, en manque de temps de jeu depuis la reprise, est considéré comme un cadre dans le groupe. Et dans l’esprit du coach, un cadre, même diminué, reste un cadre.

MILIEU DE TERRAIN

Matuidi-Sisoko-Diarra, pas la tête à ça. Dans l’entrejeu, les options restent assez floues. Concernant Blaise Matuidi notamment, qui a repris tard sa préparation et qui doit gérer son avenir sportif. Même chose pour Moussa Sissoko (qui ça, qui ça ?), qui n’a pas joué le moindre match depuis le 10 juillet dernier. La présence de Lassana Diarra, en baisse de régime - et de moral - à Marseille, pose aussi question. Paul Pogba, qui s’éclate déjà avec Manchester United et N’Golo Kanté, nouveau patron du milieu des Blues, sont les valeurs les plus sûres au milieu. La surprise pourrait s’appeler Adrien Rabiot, réserviste il y a deux mois et toujours convaincant avec le PSG.

ATTAQUE

Ces indéboulonnables hors de forme. En soit, les six joueurs choisis par Deschamps en mai dernier pour faire partie de l’aventure européenne pourraient à nouveau être appelés par le Basque en vue des deux matches qui s’annoncent. C’est à peu près sûr pour Olivier Giroud et Antoine Griezmann, malgré des conditions physiques loin d’être optimales : le Gunner vient tout juste de reprendre et n’a encore que 12 petites minutes de jeu dans les jambes. "Grizi", lui, n’a pas vraiment commencé sa saison avec l’Atlético, en raison d’une suspension. Mais peu importe, tant leur rôle à jouer est important, à l’image de Dimitri Payet, handicapé par une gêne musculaire, mais difficilement remplaçable.

Coman out, une place à prendre ? Anthony Martial, auteur d’un Euro en demi-teinte, semble lui retrouver des couleurs sous la direction de José Mourinho à ManU et a de très fortes chances d’être du voyage. De ces hommes-là, André-Pierre Gignac est peut-être le plus en forme. Avec un début de saison tonitruant au Mexique (quatre buts en cinq matches), l’ancien Marseillais semble avoir digéré sa frappe sur le poteau face au Portugal. Alexandre Lacazette, lui aussi on fire (cinq buts en deux matches avec l’OL), scrutera avec attention la conférence de presse de ce jeudi. Car s’il y a une place à prendre, c’est bien celle de Kingsley Coman, blessé à la cheville et sans doute forfait pour les prochaines semaines, bien que son entraîneur au Bayern ait évoqué un possible rétablissement début septembre. Une incertitude de plus pour Didier Deschamps, alors que la victoire est déjà impérative face à la Biélorussie. 

Dans un groupe assez relevé, également composé des Pays-Bas, de la Suède, de la Bulgarie et du Luxembourg, les Bleus devront terminer premiers du groupe A pour valider leur ticket russe et s’éviter des barrages qualificatifs… et de nouveaux tourments.