Le PSG toujours pas gâté par le fair-play financier

  • A
  • A
Le PSG toujours pas gâté par le fair-play financier
Nasser Al-Khelaïfi n'aura pas les cartes en main pour recruter cet été. @ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

PAS DE PRIVILÈGE - L’UEFA devrait alléger le dispositif du fair-play financier. Mais le PSG ne pourrait pas en bénéficier… 

Le PSG ne devrait pas bénéficier de traitement de faveur de la part des instances européennes. L’UEFA planche depuis plusieurs mois sur une réforme du fair-play financier. Selon le Parisien, les nouveaux propriétaires seraient autorisés à dépasser le déficit autorisé. Restreints dans leurs possibilités de transferts, les dirigeants du club de la capitale devraient rester à la diète lors des prochaines saisons.

Les nouveaux propriétaires avantagés. Actuellement, tous les clubs qui participent à des compétitions européennes sont obligés d’équilibrer leurs recettes et leurs dépenses. Ils ne peuvent pas aller au-delà d’un déficit de 45 millions d’euros (déficit cumulé sur les trois dernières saisons, ndlr). Avec les nouvelles règles que dévoilent en avant-première le Parisien, un nouveau propriétaire ne sera pas pieds et poings liés de la même manière. Si son dossier est accepté, il pourra largement dépasser le déficit.

Paris reste sur la touche. Initialement sanctionné sur la même période que le PSG, Manchester City pourrait finalement recruter plus librement dès cet été. Et Paris ? Le club de la capitale devrait rester à l’écart de ce nouveau dispositif puisque les dirigeants de Qatar Sports Investments (QSI) ont repris en main le club en 2011. Ils n’entrent donc pas dans la case "nouveaux propriétaires".

Et si Paris attaquait l’UEFA en justice ? Depuis plusieurs mois, les dirigeants parisiens sont lassés par ces décisions qui réduisent leur marge de manœuvre. Ils vont donc continuer à négocier chèrement avec les responsables de l’UEFA pour essayer de trouver un accord. Mais si cette dernière tentative échoue, Nasser Al-Khelaïfi, le "boss", n’exclurait pas la possibilité d’une action en justice.

Platini se moque du PSG. De son côté, Michel Platini ne pleure pas vraiment sur le sort des Parisiens. "Le PSG handicapé ? Pourtant, il a tout gagné ! Pas en Europe ? Ah oui, c’est vrai. Dommage!", a-t-il lâché au Parisien. Et de défendre son fair-play financier : "est-ce que cela va figer la hiérarchie ? Moi, j’ai vu la Juventus en finale de la Ligue des champions cette année, ce qui ne lui était plus arrivé depuis douze ans. La saison dernière, c’était le Real Madrid qui n’avait pas gagné depuis douze ans contre l’Atletico Madrid, absent à ce niveau depuis vingt-cinq ans. Je ne vois pas où ça fige les choses".