Le Portugal, victime préférée des Bleus

  • A
  • A
Le Portugal, victime préférée des Bleus
A l'image d'Helder Postiga en 2006, les Portugais ont souvent vécu des désillusions face à la France. @ ROBERTO SCHMIDT / AFP
Partagez sur :

La France et le Portugal, c’est une longue histoire. Et c’est surtout un bilan extrêmement positif pour les Bleus, en amical ou en compétition officielle. 

"100% des Portugais croient en la victoire du Portugal", a lancé vendredi Joao Mario, le milieu de la Seleçao, deux jours avant la finale de l’Euro face à la France. On pourrait rétorquer que 100% des Portugais ont, aussi, la mémoire courte... Parce que depuis de longues (très longues) années, le Portugal est la victime préférée des Bleus. Que ce soit en match amical ou lors des grandes compétitions internationales, Coupe du monde et Euro.

41 ans sans défaite, 10 victoires de suite. La dernière défaite de l’équipe de France face au Portugal remonte au 26 avril 1975, en amical. Histoire de bien montrer qu’il s’agissait d’une autre époque, la rencontre avait lieu au stade Yves du Manoir, à Colombes. Depuis, jamais plus la Seleçao ne s’est imposée face à l’équipe de France, à l’extérieur comme à domicile. Pire, les Bleus restent sur… dix victoires d’affilée. Ce serait quand même dommage de remettre les compteurs à zéro dimanche. Après, pas de problème. En amical, par exemple. Mais dimanche, non… 

En compétition officielle, la victoire à chaque fois. L’autre stat' qui incite les supporters à l’optimisme, c’est sur les compétitions officielles. Depuis 1984, les deux équipes se sont affrontées chaque fois, et à chaque fois, les Bleus l’ont emporté. Pour être tout à fait honnête, ça n’a pas franchement été une partie de plaisir à chaque fois. En 1984, en demi-finale de l’Euro, il a fallu attendre un but de Platini en toute fin de prolongation pour se débarrasser de Lusitaniens accrocheurs, qui avaient même mené 2-1 pendant le temps supplémentaire.

En 2000, il avait là encore fallu attendre les prolongations pour que la France élimine le Portugal, après un pénalty de Zidane, lui-même consécutif à une main d’Abel Xavier sur sa ligne de but.  

Enfin en 2006, c’est encore grâce à un penalty que la France s’était qualifiée en finale, au terme d’une performance poussive.

La France est donc la bête noire du Portugal, incontestablement. Le souci, c'est que cet Euro semble être celui où les équipes mettent fin aux séries noires. L'Italie était la bête noire de l'Allemagne ? C'est la Mannschaft qui s'est imposée en quart de finale. L'Allemagne était la bête noire des Bleus ? C'est l'équipe de France qui s'est qualifiée jeudi pour la finale. Si on pouvait s'arrêter là...