Agression présumée du cycliste Yoann Offredo : deux versions s'affrontent

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le coureur cycliste professionnel a annoncé avoir été victime d'une agression au cutter et à la batte de baseball à l'entraînement. Mais selon les gendarmes, deux versions s'affrontent. 

Agression ou incident qui tourne mal ? Deux versions s'affrontent dans l'altercation qui a opposé le coureur cycliste Yoann Offredo à deux automobilistes, lundi après-midi près de Gif-sur-Yvette, dans l'Essonne, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Lundi, le coureur français de l'équipe cycliste belge Wanty-Groupe Gobert, Yoann Offredo a partagé sur les réseaux sociaux un post faisant état d'une agression dont il dit avoir été victime alors qu'il s'entraînait avec deux amis. Yoann Offredo, récent 14ème de Paris-Roubaix, explique avoir été attaqué à coup de batte de baseball et de lame de cutter. "J'étais loin d'imaginer qu'exercer mon métier serait parfois au péril de ma vie", explique-t-il. 

"Une voiture nous a rasé". Mardi, l'ancien pensionnaire de la FDJ a détaillé davantage sa version, via un communiqué diffusé sur le site internet de son équipe belge Wanty. "Je roulais en vallée de Chevreuse avec deux collègues ce lundi quand une voiture qui nous doublait nous a rasé. Elle a freiné devant nous dans l'intention de nous faire tomber. Je suis monté à la hauteur du conducteur, qui était prêt à sortir avec une lame de cutter, donc j'ai bloqué sa portière. Sa passagère a saisi un manche de balais dans le coffre ou quelque chose comme ça et m'a tapé avant de me donner un coup de tête", a-t-il expliqué.



"Des confrontations" seront "nécessaires". "Deux versions s'affrontent, des confrontations entre les protagonistes vont être nécessaires", ont commenté les gendarmes. Selon les automobilistes, le différend est parti "au niveau d'un stop qu'ils ont respecté et les cyclistes n'ont pas aimé que cela casse leur rythme", selon une source judiciaire. Des coups sont ensuite échangés, selon le conducteur, qui "a reconnu les faits", notamment l'usage d'"un manche à balai", selon la source judiciaire. En revanche, "les cyclistes ont nié" avoir porté des coups. La voiture aurait également subi des dégradations au niveau d'un rétroviseur.

"Il n'a pas un hématome". "Il n'a pas un hématome, moi j'ai un nez cassé, une côte fissurée", a déclaré le coureur. "J'ai l'habitude de rouler au milieu des voitures. Prétendre que j'ai frappé quelqu'un parce qu'il s'est arrêté à un stop, c'est incohérent. Je ne suis pas un délinquant". L'enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie de Gif-sur-Yvette.