Le créateur du logo des JO de Tokyo récuse tout plagiat

  • A
  • A
Le créateur du logo des JO de Tokyo récuse tout plagiat
@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Le designer japonais du logo des JO 2020, accusé de plagiat, s'est défendu dans un communiqué. 

Le designer du logo des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 répond à la polémique. Accusé de plagiat par le créateur belge de l'image symbolisant le théâtre de Liège, Kenjiro Sano, le fondateur du studio MR_Design, s'est défendu vendredi dans un communiqué. "Je n'avais absolument aucune connaissance préalable du design (du logo du théâtre de Liège)", a-t-il écrit. "Je ne m'en suis pas du tout inspiré. J'ai voulu rendre hommage à l'emblème des JO de Tokyo en 1964 et ai réfléchi longuement et laborieusement à quels éléments je pourrais employer", a expliqué le designer japonais.

"Même la typo est la même..." La polémique a enflé depuis qu'un graphiste belge, Olivier Debie, s'est ému sur internet de la ressemblance entre le logo du théâtre de Liège qu'il a imaginé et celui récemment dévoilé des JO 2020 de Tokyo. "Le nouveau logo des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 face au logo du Théâtre de Liège dont le projet initial date de 2011... Bluffant. Même la typo est la même...", a écrit sur Facebook le Studio Debie, en accompagnant le commentaire d'une image présentant les deux. Contacté, Olivier Debie s'est dit "un peu perplexe" et envisage de porter plainte.



Vers un dépôt de plainte ? L'esthétique de la lettre "T" au centre du logo japonais rappelle le "L" choisi pour figurer le théâtre de Liège, avec des formes géométriques similaires. Les typographies utilisées pour les mots "Tokyo" et "Théâtre" présentent aussi des traits communs. Interrogés, les avocats de Olivier Debie et du Théâtre de Liège, respectivement Philippe Mottard et Alain Berenboom, ont dit vouloir "faire cesser l'utilisation du logo sur tous les supports de quelque nature que ce soit". Ils doivent adresser vendredi un courrier au Comité international olympique (CIO) à Lausanne lui demandant de "faire cesser la contrefaçon" d'ici une semaine, sous peine de déposer plainte devant un tribunal belge.

Pour le CIO, ce logo ne pose "aucun problème". "Nous avons examiné ce design et nous ne pensons pas qu'il y ait un problème", a déclaré l'Australien John Coates, le vice-président du CIO. 

"Le CIO et le comité d'organisation de Tokyo ont vérifié si ce logo avait été déposé avant le lancement et ce logo en Belgique n'est pas protégé", a-t-il ajouté. Mais "cela ne veut pas dire qu'ils (les créateurs belges) n'ont pas des droits intellectuels" sur ce logo, a-t-il ajouté.