Le casse-tête des écrans géants pour l'Euro 2016

  • A
  • A
Le casse-tête des écrans géants pour l'Euro 2016
Image d'illustration.@ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

Une mesure interministérielle datant de février 2016 oblige les mairies à mettre en place des écrans géants dans "des espaces clos dont les accès sont contrôlés".

Pas d’écran noir sur l’Euro de football. La préfecture du Pas-de-Calais a dû préciser sa position, mercredi, sur l’installation de grands écrans en plein air pendant l'Euro. Sur la foi d’un courrier de "recommandations" adressé aux maires, certains élus avaient en effet indiqué, par erreur, que les écrans géants pour la retransmission des matches pourraient être interdits.

Contrôle des accès. Dans son courrier, la préfecture indique notamment que la diffusion des matches devra se tenir "dans des espaces clos dont les accès sont contrôlés". Autrement dit, la préfecture n'oblige pas les mairies à organiser les projections dans une salle, mais dans un espace dont il est possible de contrôler toutes les entrées et sorties. La mesure n'est par ailleurs pas limitée au Pas-de-Calais. L'ensemble des départements français sont concernés par cette mesure prise par une directive interministérielle de février 2016.

Les moyens de le préfecture concentrés à Lens. Pour des raisons de sécurité, seul un espace tel qu'un stade, dont les entrées sont contrôlées avec une palpation, pourra accueillir un tel dispositif. Les moyens de sécurité restent cependant à la charge des communes. De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais a décidé de concentrer tous ses moyens sur la seule fan-zone du département, à Lens. "Les mesures qui sont prises vont entraîner une certaine psychose. On est a contrario de la démarche d’accueillir ce championnat d'Europe et d'en faire une belle fête. Ce n'est pas normal, on rend service au terrorisme", regrette le maire de Sangatte, Guy Allemand.

Les mairies s'adaptent. Face à ces réglementations, plusieurs villes ont décidé de s'adapter. La mairie de Boulogne sur Mer diffusera par exemple les matches dans un gymnase. A Arras, qui avait diffusé la Coupe du monde 2014 sur la place principale devant plusieurs milliers de personnes, la mairie a jeté l'éponge. "Nous sommes dans un contexte particulier qui nous amènerait à prendre des dispositions assez lourdes. Il faudrait transformer complètement cette place en un espace clos, ce que nous ne ferons pas, puisque nous souhaitons également des retombées pour la vie commerciale locale", conclut l'adjoint au maire d'Arras.