La qualité des pelouses ? Ce n'est pas la faute de l'UEFA pour Jacques Lambert

  • A
  • A
La qualité des pelouses ? Ce n'est pas la faute de l'UEFA pour Jacques Lambert
La pelouse du Stade Pierre-Mauroy de Lille a fait débat après Suisse-France.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

CONTRE-ATTAQUE - Alors que l'UEFA est pointée du doigt pour l'état déplorable de certaines pelouses hexagonales, Jacques Lambert, organisateur de l'Euro 2016, a renvoyé la faute sur le foot français.

Alors que le problème sur l'état de certaines pelouses françaises se fait de plus en plus insistant, les responsables se renvoient la balle. Dans le journal L'Équipe lundi, Jacques Lambert, président du comité d'organisation de l'Euro 2016 (contrôlé à 95% par l'UEFA), a décidé de rejeter la faute sur le foot français en pointant du doigt son "problème récurrent" avec la qualité des pelouses.

"Si tous les stades de France avaient une pelouse parfaite, ça se saurait". Jacques Lambert, le "patron" de cet Euro en France, a décidé de contre-attaquer après avoir vu l'UEFA critiquée pour la piètre qualité de certaines pelouses de l'Euro. Le "Monsieur Euro" défend l'UEFA et cible un responsable : le foot français. Pour lui, "le point de faiblesse" de l'organisation et ce, depuis deux ans, est "la qualité des pelouses des stades de l'Euro". "Si tous les stades de France avaient une pelouse parfaite avant le début de la compétition, ça se saurait" a rétorqué sèchement Jacques Lambert suite aux attaques de l'association des jardiniers des stades français. Dimanche, à Lille, après le match nul contre la Suisse (0-0), Didier Deschamps s'en était pris lui aussi au gazon du Stade Pierre-Mauroy.

Dans le discours de la Société française des gazons (SFG), l'UEFA était la coupable désignée, elle qui avait décidé trois semaines avant l'Euro de changer la pelouse du stade de Villeneuve d'Ascq, comme celles du Vélodrome de Marseille et de l’Allianz Riviera de Nice. Dans le Nord, les bourdes s'étaient enchaînées entre problème de transport et mauvaise gestion de l’enracinement du gazon.

Pendant que les joueurs foulent des pelouses indignes d'un Championnat d'Europe, les responsables eux, se disputent donc une vraie partie de ping-pong...