La presse espagnole très rancunière avec Neymar après son départ

  • A
  • A
La presse espagnole très rancunière avec Neymar après son départ
"Paie et va-t-en", "A jamais !", "Bon vent !" : la presse espagnole pas tendre avec Neymar. @ Captures d'écran
Partagez sur :

Les médias espagnols ne sont pas tendres avec Neymar après l'annonce de son départ du Barça. 

REVUE DE PRESSE

"Paie et va-t-en", "A jamais !", "Bon vent !" : la presse espagnole est sans pitié au lendemain de l'annonce du départ de Neymar du FC Barcelone, probablement pour le PSG, pour un montant record de 222 millions d'euros.

"Seulement pour l'argent".Neymar "s'en va pour l'argent. Seulement pour l'argent", constate Sport, journal pro-Barça, dont la Une est barrée d'un énorme "Hasta nunca !" (A jamais !). Le départ du Brésilien n'est que "l'intersection fatale de deux facteurs diaboliques : l'argent du Qatar (le fonds d'investissement QSI est propriétaire du PSG, ndlr) et l'ambition monétaire et sportive des Neymar", un entourage "toxique", analyse le journal. "Neymar n'a pas été recruté par un club mais par un Etat, une dictature accusée de financer le terrorisme qui ne sait plus quoi faire de son argent et achète tout ce qui lui fait envie, y compris les personnes", poursuit Sport.

Une-Sport-2

"Paie et va-t-en". As souligne pour sa part la "mise en scène" du départ et relate l'entretien tendu du joueur avec les dirigeants du club catalan, qui lui ont annoncé le gel d'une prime. "Les histoires basées sur des intérêts fallacieux, sans plus d'affection qu'une bonne rémunération, se terminent comme un contrat commercial [...], en se souhaitant bonne chance et sans se regarder dans les yeux", renchérit As.

Une-As-2

L'esportiu ultra-violent, Marca plus neutre. Mais la palme du titre le plus violent revient sans doute au quotidien catalan L'Esportiu. "Bon vent !", peut-on lire sur la Une. Le journal sportif a choisi d'afficher une photo où un employé municipal de la ville de Barcelone enlève Neymar des publicités géantes du Barça.   

Une-Esportiu

Marca, le plus grand journal sportif du monde hispanique, reste plus neutre. Il titre "le transfert qui change l'histoire du football" et souligne dans un éditorial que le Barça devra "se montrer plus habile dans les prochains recrutements qu'il ne l'a été dans la gestion de la crise" Neymar, où il a été "constamment sur la défensive".

Une-Marca