La Formule E, un enjeu technique colossal pour les constructeurs

  • A
  • A
La Formule E, un enjeu technique colossal pour les constructeurs
@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

En seulement trois années d'existence, la Formule électrique a déjà permis d'améliorer les véhicules de série.

La Formule E s'invite à Paris ce week-end. Les Invalides serviront de décor à la seconde édition de l’ePrix de Paris, samedi. L'occasion, pour les constructeurs, de promouvoir la voiture de demain et ses performances technologiques.

La formule électrique, c'est un peu le concours Lépine de la course automobile. Dans le paddock,  des dizaines d'ingénieurs tournevis en main... s'affairent sur ces monoplaces...sorties tout droit d'un film de science-fiction. "On est comme des pionniers à l'assaut du Nouveau Monde" glisse dans un sourire l'un de ces Géo Trouvetou.


"Pour les constructeurs, cela leur permet de tester de nouveaux produits". Un eldorado pour l'industrie automobile, qui se sert de la Formule E comme d'un laboratoire technologique. Tous les grands constructeurs s'y intéressent, explique Delphine Biscaye, la responsable de l'écurie Venturi : "on est à côté de Renault, d’Audi, maintenant on a Jaguar, il y a DS… Ce sont des constructeurs qui sont très engagés sur l’hybride et l’électrique. Cela apporte forcément car c’est un investissement conséquent, ce n’est pas que de l’image. Il faut montrer au public que cela fonctionne que l’on est capable d’aller vite, c’est une démonstration. Mais c’est aussi un laboratoire technologique. Le but, c’est de travailler sur les batteries, les moteurs, d’apprendre et d’avoir un retour d’expérience. Pour les constructeurs, c’est vraiment intéressant car cela leur permet de tester de nouveaux produits en conditions de course".


Déjà des progrès sur les véhicules de série. Le turbo, l'ABS ou encore l'anti patinage, toutes ces technologies que l'on retrouve aujourd'hui dans nos voitures ont été apportées par la course automobile. En seulement trois années d'existence, la Formule électrique a déjà permis d'améliorer les véhicules de série. La nouvelle Renault Zoé, par exemple, a vu son autonomie doubler, en grande partie grâce au travail réalisé sur les circuits.

Quelques exemples innovations

- Dans deux saisons, la capacité des batteries des Formule E va doubler. Les pilotes n’auront donc plus à changer de voiture à mi-course. Ca montre que la technologie progresse.

- Depuis la première saison, les Formule E ont gagné entre 2 et 3 secondes au tour, alors qu’elles emportent exactement la même quantité d’énergie. Les moteurs, leur efficience et une plus grande récupération d’énergie – notamment lors des freinages - ont été grandement améliorés.

- Le développement concerne aussi les pneumatiques. Michelin a développé un pneumatique unique, spécifique à la Formule électrique, qui marche aussi bien sur piste sèche ou mouillée La raison est écologique : les écuries n’ont plus à emporter plusieurs dizaines de trains de pneus pour chaque course. Le nouveau pneu introduit cette année par Michelin permet d’économiser l’équivalent d’un tour de circuit en énergie. Pourquoi ? Parce qu’il y a moins de frottements et qu’il est plus léger, le moteur est moins sollicité et donc consomme moins.