L'affaire Benzema, un casse-tête pour les éducateurs

  • A
  • A
L'affaire Benzema, un casse-tête pour les éducateurs
L'affaire de la "sextape" de Karim Benzema agite l'ensemble du football français... @ François LO PRESTI/AFP
Partagez sur :

SECOUSSES - Le comportement de la star du football français met dans l'embarras les éducateurs dans les centres de formation.

REPORTAGE

Il y a une semaine pile, le jeudi 10 décembre dernier, le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, suspendait Karim Benzema de l'équipe de France jusqu'à nouvel ordre en raison de sa mise en examen dans l'affaire de la "sextape" de Mathieu Valbuena. Mais, loin de condamner l'homme pour son erreur, le boss de la FFF avait préféré rappeler son attachement au joueur. Cette conférence de presse, qui ménageait clairement la possibilité d'un retour de Benzema chez les Bleus, ne facilite pas franchement la tâche des éducateurs qui, chaque jour, sont confrontés aux questionnements de jeunes joueurs en herbe. C'est le cas par exemple à la Gaillette, le centre d'entraînement du Racing Club de Lens, où Europe 1 s'est rendu pour sonder les éventuels dommages collatéraux de "l'affaire Benzema".

"Le comportement passe avant tout." Plutôt que de retenir l'éloge de Benzema faite en creux par Noël Le Graët, les éducateurs préfèrent évidemment insister sur la sanction que le président de la "3F" a annoncée. "La sanction sportive, elle doit y être comme quand nous, nous sanctionnons l'un de nos joueurs parce qu'ils n'ont pas donné une bonne image", souligne Pascal le Provost, responsable des moins de 14 ans au sein du club sang et or. "Benzema a eu un manque de respect envers un de ses coéquipiers et là-dessus, il n'y a pas de tolérance." Si l'on s'en tient aux témoignages recueillis ici ou là, le message des éducateurs artésiens passent bien. "Le comportement passe avant tout, devant le niveau footballistique", considère ainsi Hugo, 15 ans. "On a beaucoup de règles de vie à respecter. C'est dommage parce qu'on prend exemple sur des joueurs comme ça. C'est une erreur bête et maintenant, ça lui coûte sa place en équipe de France."

"On a des relais dans les quartiers." Dans cette affaire de la "sextape", Benzema a été mis en examen pour complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle d'intermédiaire entre son ami Karim Zenati, en lien avec les maîtres-chanteurs, et Mathieu Valbuena. Beaucoup ont mis en lumière le rôle de l'entourage dans les dérapages des footballeurs. A Lens aussi, on a bien conscience que l'environnement pèse sur le comportement. "Récemment, il y a un joueur que l'on a fait reprendre plus tôt parce qu'il était un petit peu livré à lui-même pendant les vacances dans son quartier", relève ainsi Fabrice Vandeputte, responsable des moins de 19 ans au RCL. "On a des relais dans les quartiers pour nous donner un petit peu l'alerte. Quand on a reçu cette alerte, on a tout fait pour le faire revenir au club et ça se passe très bien depuis."

Il faut trouver des exemples. Les éducateurs reconnaissent que les stars du ballon rond ont une influence sur le comportement des jeunes. Alors, il faut trouver des exemples. Même si les affaires se sont multipliées ces cinq dernières années (Nasri, Ribéry, Benzema, Ben Arfa, Ménez ont tous été dans l'oeil du cyclone), le football français conserve malgré tout quelques joueurs exemplaires. A Lens, on met ainsi facilement en avant le parcours de Raphaël Varane, formé à la Gaillette et aujourd'hui au Real Madrid. Lui reste sélectionnable chez les Bleus et sera, sauf coup dur, présent lors du prochain Euro dans l'Hexagone.