JO-Voile : Charline Picon, la revanche dorée

  • A
  • A
Partagez sur :

Médaillée d'or en planche à voile à Rio, Charline Picon avait pourtant failli tout arrêter après des Jeux de Londres en 2012 conclus à une huitième place et avec des doutes plein la tête.

Elle n'a pas abandonné et elle a bien fait. Sa discipline menacée de disparition pour les prochains JO et huitième à Londres en 2012, Charline Picon avait pensé à stopper sa carrière dans la voile. Sous les ordres de l'entraîneur de ses débuts, Cédric Leroy, la véliplanchiste de 31 ans est revenue plus forte que jamais, pour finalement s'offrir l'or à Rio, dimanche.

"C'est au pied du mur qu'elle est la meilleure". Quand Cédric Leroy reprend en main la carrière de Charline Picon, rien ne dit qu'elle repartira des Jeux de Rio avec une médaille d'or. "Je la connais depuis ses 17 ans, elle voulait venir en sport-études à la Rochelle, et je n'arrivais pas à lui trouver de famille d'accueil. Et du coup, de 17 à 24 ans, Charline était à la maison" raconte son coach. Un entourage familial qui a permis à la kinésithérapeute charentaise de retrouver confiance : "C'est au pied du mur qu'elle est la meilleure", déclare Cédric Leroy qui aura réussi sa reprise en main de Charline Picon, double championne d'Europe en 2013 et 2014 et championne du monde en 2014.

2016, le graal olympique. Une revanche gagnante dans la voile puisque la véliplanchiste licenciée au club nautique de La Tremblade en Charentes-Maritime aura coiffé l'or au terme d'une medal race épique à Rio. "J'ai eu des moments compliqués, et gagner sur la medal race, sur un scénario de cinéma, c'est juste fou !" lançait la Française émue aux larmes après sa victoire. Sa mère Agnès n'a elle non plus pu retenir ses larmes à la fin de la course : "C'est énorme, elle l'a tellement rêvé et aujourd'hui elle l'a fait, je sais plus quoi dire" confie Agnès Picon. Douze ans après le sacre de Faustine Merret à Athènes, Charline Picon rentre donc dans l'histoire de la voile olympique, après un sacré parcours du combattant.