JO : la procédure de candidature jugée "morte" par l'ex-directeur marketing du CIO

  • A
  • A
JO : la procédure de candidature jugée "morte" par l'ex-directeur marketing du CIO
La candidature de Paris pour accueillir les JO en 2024 pourrait être la dernière du genre, d'après les constatations de Michael Payne@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

L'ancien directeur marketing du CIO considère que les tous les événements sportifs majeurs doivent avoir un processus de candidature radicalement refondu.

Le processus de candidature des villes intéressées pour organiser les Jeux olympiques a besoin d'une "refonte radicale", a expliqué Michael Payne, l'ancien directeur marketing du Comité international olympique (CIO) devenu consultant, pour qui le système actuel est "mort".

Une procédure de candidature qui a "besoin d'une refonte radicale". "La procédure de candidature telle que nous la connaissons est morte", a expliqué le Britannique de 59 ans, directeur marketing du CIO pendant plus de vingt ans. "Je pense que la procédure de candidature pour tous les événements sportifs majeurs a besoin d'une refonte radicale, ainsi que la manière de comprendre l'organisation" (de ces événements).

Le budget est étudié au microscope. "Jusqu'à récemment, les promesses de budget n'étaient pas étudiées au microscope, mais le monde des réseaux sociaux dans lequel nous vivons les place plus que sous le microscope", a poursuivi celui qui a quitté le CIO en 2004 pour prendre un rôle similaire au sein de Formula One. "Tout le monde doit faire un meilleur travail pour l'expliquer dans les cas des Jeux", a-t-il encore dit. "Ce n'est pas que le produit final est cassé, les audiences à l'issue des Jeux de Rio (en août 2016) ont été fortes comme jamais", a-t-il poursuivi.

Un large soutien populaire pour Los Angeles. Alors que Paris et Los Angeles sont en lice pour accueillir les Jeux en 2024, Michael Payne a expliqué que la candidature américaine bénéficiait du soutien d'une large partie de la population. "Le soutien (public) pour Los Angeles à 85%, a-t-il estimé. Pourquoi ? Parce qu'il y a toujours le souvenir de 1984 et de ce que ça a fait pour Los Angeles."