09/02/2018 - 11h31

JO d'hiver 2018 : les deux Corées main dans la main lors de la cérémonie d'ouverture

© Roberto SCHMIDT / AFP

Les Jeux de Pyeongchang ont débuté par la traditionnelle cérémonie d’ouverture. Le défilé des athlètes des deux Corées, unis sous un même drapeau, a été le premier temps fort de la quinzaine. 

Une cérémonie chargée en symbole. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang se sont ouverts vendredi avec en point d’orgue le défilé sous un drapeau commun des athlètes de la Corée du Nord et de la Corée du Sud, matérialisant le spectaculaire rapprochement entre les "frères ennemis" à l'occasion des ces "Jeux de la paix". Côté français, Martin Fourcade a eu l'honneur de mener la délégation tricolore en tant que porte-drapeau. Suivez la cérémonie d’ouverture des JO 2018 en direct sur Europe1.fr.

Les infos à retenir :

  • La cérémonie d’ouverture a débuté à midi heure française (20h heure locale)

  • Les athlètes des deux Corées ont défilé sous un drapeau commun

  • Martin Fourcade, désigné porte-drapeau, a mené la délégation tricolore

Le moment fort (1) : le défilé commun des deux Corées. Le monde entier n’a eu d’yeux que pour les sportifs des deux Corées. Les athlètes des "frères ennemis" ont défilé ensemble, sous un drapeau commun blanc ornée de l'effigie bleu pâle de la péninsule coréenne, marquant le spectaculaire rapprochement entre les deux pays à l'occasion de ces Jeux d'hiver. Un moment déjà historique et, à n'en pas douter, l'une des images fortes des ces JO. 

Le moment fort (2) : la flamme de la paix. L'autre image forte de ces Jeux a eu lieu en toute fin de cérémonie, quand deux athlètes, l'une sud-coréenne et l'autre nord-coréenne, ont porté la flamme olympique ensemble, main dans la main. Les deux femmes, membres de l'équipe unifiée de hockey sur glace (Jong Su Hyon pour le Nord, Park Jong- ah pour le Sud), ont été les avant-dernières porteuses de la flamme. Un autre très beau symbole pour ces Jeux de la paix. 

Une hockeyeuse nord-coréenne et une sud-coréenne ont tenu, ensemble, la flamme olympique. Crédit : ARIS MESSINIS / AFP

Le moment diplomatique : une poignée de main symbolique. La cérémonie d'ouverture s'est déroulée sous les yeux de hauts dignitaires des deux Corées. Un premier symbole avait déjà eu lieu quelques minutes après le début de la cérémonie d'ouverture, dans les gradins, avec la poignée de main entre le président sud-coréen Moon Jae-In et Kim Yo Jong, la sœur de Kim Jong-Un, le leader de la Corée du Nord. Kim Yo Jong est la première membre de la dynastie régnant au Nord à fouler le sol du grand rival depuis la fin de la guerre de Corée.


Le moment bleu : Martin Fourcade en tête. Martin Fourcade et la délégation tricolore ont pénétré vers 13h10 heure française (21h10) dans le stade olympique de Pyeongchang. Le biathlète, désigné porte-drapeau, a eu l'honneur d'être le premier athlète tricolore à défiler lors de la cérémonie d'ouverture. Le Catalan n'a pas seulement porté le drapeau bleu-blanc-rouge : il portera sur lui d'immenses espoirs de médailles. Fourcade, qui entre en lice dimanche, a pour objectif de faire aussi bien, voire mieux qu'à Sotchi, où il avait décroché trois médailles, dont deux d'or. Mais avant de penser au sport, place à la fête. 

Martin Fourcade a porté le drapeau tricolore, vendredi. Crédit : ARIS MESSINIS / AFP

Le moment "punition" : les athlètes russes sous bannière olympique. Quatre ans après les Jeux de Sotchi, la Russie est loin d'avoir les mêmes ambitions à Pyeongchang. La raison : le pays a été sanctionné pour dopage institutionnalisé par le CIO. Seuls quelques dizaines d'athlètes ont été autorisés à participer aux Jeux, mais pas sous les couleurs russes. Ils ont donc défilé avec la bannière olympique, vendredi lors de la cérémonie d'ouverture. 

Les athlètes russes ont défilé sous la bannière olympique. Crédit : Roberto SCHMIDT / AFP

Le moment "il a osé" : le représentant des Tonga... torse nu. Pita Taufatofua : ce nom ne vous dit sans doute rien. Pourtant, il avait été l'une des stars de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques 2016, à Rio, en défilant torse nu, le corps huilé pour mieux exhiber son torse et ses pectoraux (très) musclés. Après avoir représenté son petit pays, les Tonga, en taekwondo lors des JO d'été, Taufatofua s'est cette fois qualifié pourceux d'hiver en... ski de fond ! Pour célébrer cette nouvelle qualification olympique, il a à nouveau défilé torse nu, le corps huilé, malgré la température glaciale à Pyeongchang. Il fallait oser !