JO de Rio 2016 : l'haltérophilie iranienne crie à la "conspiration" contre un de ses athlètes

  • A
  • A
JO de Rio 2016 : l'haltérophilie iranienne crie à la "conspiration" contre un de ses athlètes
Behdad Salimikordasiabi, surnommé l'"Hercule iranien'.@ GOH CHAI HIN / AFP
Partagez sur :

La délégation remet en cause la décision du jury d'invalider mardi un épaule-jeté de Behdad Salimikordasiabi, l'"Hercule iranien", médaillé d'or aux JO de Londres.

"Il y a une conspiration. Nos ennemis étaient dans le jury", a protesté l'équipe d'haltérophilie d'Iran, alors que leur athlète Behdad Salimikordasiabi n'a pas réussi à faire de résultat à l'épaulé-jeté dans la catégorie-reine des + 105 kg, mardi, aux JO de Rio.

"Jeter le tout à la poubelle". "C'est évident, ils ont pris la médaille à Salimi. Le jury a été sélectionné pour que cela arrive", a dénoncé l'entraîneur iranien Sajjad Anoushiravani. "Il est le champion olympique de Londres. Il a battu ici le record du monde. Ils peuvent aussi bien jeter le tout à la poubelle", a poursuivi l'entraîneur.

Record du monde. Behdad Salimikordasiabi, surnommé parfois le "Hercule iranien", a soulevé une barre à 216 kg, pour prendre la tête du concours, un kg devant le Géorgien Lasha Talakhadze et établir un nouveau record du monde.

Une tentative validée, puis invalidée. La première tentative à l'épaulé-jeté de "Salimi" à 245 kg a été invalidé, la deuxième, en revanche, a été validée par les juges, puis invalidée par le jury, estimant que le bras gauche de l'Iranien n'était pas complètement tendu. "Pourquoi devraient-ils nous prendre ça aussi facilement. Il y a un dysfonctionnement dans le système, tout le monde a vu ce qui s'est passé", a regretté l'Iranien à la fin de la compétition.