JO de Rio 2016 : le président brésilien par intérim Michel Temer hué par la foule

  • A
  • A
JO de Rio 2016 : le président brésilien par intérim Michel Temer hué par la foule
Le président par intérim a déclaré les JO ouverts. @ MARK HUMPHREY / POOL / AFP
Partagez sur :

Le président brésilien par intérim, au pouvoir à la faveur de la destitution de Dilma Roussef, a été hué lorsqu'il a déclaré ouverts les Jeux de Rio.

Le président brésilien par intérim Michel Temer a déclaré vendredi ouverts les Jeux olympiques de Rio, sous les huées d'une importante partie du public du stade Maracana, peu avant l'allumage de la vasque olympique par l'ex-marathonien Vanderlei Cordeiro. "Après ce merveilleux spectacle, je déclare ouverts les Jeux olympiques de Rio", a clamé le président, au pouvoir à la faveur de la procédure de destitution controversée de Dilma Roussef.



La flamme entre dans le stade. Peu après, la flamme olympique est entrée dans le stade, portée par le triple vainqueur de Roland-Garros Gustavo Kuerten, qui l'a confiée à Hortencia Marcari, médaillée d'argent en basket en 1996. L'ancien marathonien Vanderlei Cordeiro, médaillé de bronze à Athènes en 2004, l'a ensuite amenée jusqu'à la vasque alors que le "roi" Pelé a renoncé à cet honneur en invoquant des raisons de santé. "Le plus bel endroit du monde, c'est ici, maintenant", a déclaré le président du comité d'organisation Carlos Nuzman, peu après le défilé des délégations, conclu par les Brésiliens. Puis le président du CIO Thomas Bach a lui aussi pris la parole, rendant notamment hommage à la délégation d'athlètes réfugiés, qui participent aux Jeux et ont défilé sous la bannière du drapeau olympique. 

Un message aux réfugiés. "Chers athlètes réfugiés : vous envoyez un message d'espoir aux millions de réfugiés autour du monde. Vous avez dû fuir vos maisons à cause de la violence, la faim ou juste parce que vous étiez différents. Maintenant, avec votre grand talent et esprit humain, vous apportez une magnifique contribution à la société", a ajouté le patron du CIO.  Il a aussi évoqué la situation dans le monde, accablé par les guerres et les attentats. "Nous vivons dans un monde de crises, de défiance et d'incertitudes. Voici notre réponse olympique : les dix mille meilleurs athlètes du monde, en compétition les uns contre les autres, vivant en même temps pacifiquement dans un village olympique, partageant leurs repas et leurs émotions".