JO de Rio 2016 : la nuit des Bleus

  • A
  • A
JO de Rio 2016 : la nuit des Bleus
Élodie Clouvel, heureuse médaillée d'argent au pentathlon moderne. @ Yasuyoshi Chiba / AFP
Partagez sur :

Avec deux médailles d'argent supplémentaires glanées dans la nuit, en pentathlon moderne et en taekwondo, la France est assurée d'égaler son record de breloques atteint aux Jeux de Pékin.

LA NUIT DES BLEUS

Comme à son habitude, Usain Bolt a attiré tous les regards. Dans la nuit de vendredi à samedi, la "Foudre" a empoché son neuvième titre en trois Jeux olympiques, grâce à un nouveau sacre en 4x100 m avec ses coéquipiers jamaïcains. Mais ce record peut en cacher un autre. Avec deux breloques (d'argent) supplémentaires remportées cette nuit, la délégation française est assurée de repartir, dimanche, avec au moins autant de médailles qu'à Pékin.

  • Les Grandes Bleues : Élodie Clouvel et Haby Niaré en argent

Elles rêvaient d'or, bien sûr, mais gageons que l'argent a aussi eu un goût de victoire. Élodie Clouvel et Haby Niaré ont apporté deux médailles supplémentaires à la délégation tricolore la nuit dernière, respectivement en pentathlon moderne et en taekwondo. La première, ancienne nageuse, a ainsi pris sa revanche sur les Jeux de Londres, pendant lesquels elle avait dû se contenter d'une amère 31e place. Septième après l'escrime, elle avait ensuite brillé en natation et en équitation, se plaçant idéalement en deuxième position. Plombée par quelques erreurs au tir pendant la dernière épreuve, qui allie le maniement d'un pistolet laser et la course à pied, Clouvel a finalement été devancée par l'Australienne Chloe Esposito. Mais à 27 ans, celle qui n'a découvert sa discipline qu'à 20 ans et répétait à qui veut l'entendre qu'elle continuerait jusqu'à la soixantaine pour décrocher une breloque en compétition olympique, peut repartir de Rio l'esprit tranquille. 

Haby Niaré, de son côté, s'est hissée, pour ses premiers Jeux, en finale du tournoi de taekwondo féminin dans la catégorie des -67 kilos grâce à un incroyable jeu de jambes. Avant de s'incliner face à la championne du monde 2015, la Sud-Coréenne Oh Hye-ri, nettement plus expérimentée. À 23 ans et 4.000 séances d'entraînement au compteur, la Française a donc rejoint le cercle fermé (ils ne sont que six) des taekwondoïstes tricolores qui ont réussi à monter sur un podium olympique. Et ce, malgré un genou gauche en vrac, déjà opéré deux fois, qui devrait l'être de nouveau après Rio.

Ces deux médailles supplémentaires portent ainsi le compteur français à 37. La délégation tricolore étant certaine d'en engranger au moins quatre de plus dans les heures à venir, grâce à deux finales de handball et deux de boxe, elle est assurée d'égaler son record de 41 breloques, établi à Pékin en 2008. Une moisson d'autant plus savoureuse que le compteur bleu avait eu du mal à se débloquer les premiers jours de la compétition.

  • Des bleus à l'âme : pas de Français en finale du 4x400 m

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas pour l'athlétisme tricolore. La nuit de jeudi à vendredi avait été historique, avec le bronze de Christophe Lemaître et l'argent de Kevin Mayer. Celle de vendredi à samedi a été mâtinée de déception. Les relayeurs et relayeuses du 4x400 m n'ont pas réussi à se qualifier lors des demi-finales. Chez les femmes, Phara Anacharsis, Brigitte Ntiamoah, Marie Gayot et Floria Guei, pourtant habituée des derniers tours de piste victorieux -elle avait fait une remontée incroyable aux championnats d'Europe 2014- ne sont arrivées qu'en cinquième place avec un chrono insuffisant pour espérer des repêchages. Chez les hommes, Mame-Ibra Anne, Teddy Atine-Venel, Mamoudou Kasse Hann et Thomas Jordier ont eu beau réaliser leur meilleur temps de la saison, ils sont également passés à la trappe.

  • Les Bleus de chauffe : qualification pour Ksényia Moustafaeva et Benjamin Auffret

Pour l'un comme pour l'autre, ces Jeux sont les premiers. Deux jeunes Français de 21 ans ont arraché leur qualification pour l'étape suivante de leur discipline la nuit dernière. Ksényia Moustafaeva est arrivée 10e en gymnastique rythmique, ce qui lui permettra de participer à la finale, samedi. Benjamin Auffret, lui, a décroché la 5e place des séries du plongeon de haut-vol à 10 m. Excellent sur son dernier passage, il disputera les demi-finales samedi.

  • Un coin de ciel bleu : Yohann Diniz est sorti de l'hôpital

Vendredi, son 50 km marche, entre des problèmes digestifs et une chaleur étouffante, était devenu un véritable chemin de croix. Yohann Diniz, huitième d'une épreuve dont il a signé le record du monde mais qui ne lui a jamais réussi pendant les Jeux olympiques, avait dû être évacué vers une clinique après son arrivée. Hospitalisé pendant quatre heures, le Français a finalement rejoint le Village olympique dans la nuit, après une amélioration sensible de son état. Selon la Fédération française d'athlétisme, le marcheur a été victime d'un coup de chaleur qui a entraîné une déshydratation, en plus de troubles digestifs.

Les résultats des Bleus cette nuit :

ATHLÉTISME

Relais 4x400 m masculin et féminin : élimination en demi-finales

GYMNASTIQUE RYTHMIQUE

Épreuve individuelle : Ksényia Moustafaeva, 10e, qualifiée pour la finale

PENTATHLON MODERNE

Élodie Clouvel : 2e et médaillée d'argent avec 1356 points

PLONGEON

Haut-vol à 10 m hommes : Benjamin Auffret 5e avec 470,45 points, qualifié pour les demi-finales

TAEKWONDO

Haby Niaré : 2e et médaillée d'argent après une défaite 13-12 en finale