JO de Rio 2016 : la nuit des Bleus

  • A
  • A
JO de Rio 2016 : la nuit des Bleus
La réaction des Bleus du relais 4x100 m nage libre au moment de recevoir leur médaille d'argent est claire : c'est la déception qui domine.@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

La médaille d’argent du relais 4x100 m nage libre, elle-même frustrante, est venue conclure une nuit de déconvenues pour l’équipe de France olympique.

LA NUIT DES BLEUS

La journée a été très difficile pour les Bleus aux Jeux olympiques de Rio, et la nuit n’a pas été plus réconfortante. Même la médaille d’argent du relais 4x100 m nage libre, au bout de la nuit, a le goût amer de la déception. Si certains résultats sont venus éclairer la soirée à Rio, c’est bien la frustration qui domine.

  • Les (presque) grands Bleus : le relais 4x100 m nage libre

Certes, il s’agit de la première médaille de la délégation tricolore à Rio. Certes, les Français n’étaient pas favoris sur le papier. Certes, les Américains de Michel Phelps étaient intouchables. Mais quand même… Après plus de quatre ans sans défaite, les relayeurs français du 4x100 m nage libre visaient bien l’or dans le bassin de Rio. Mais Mehdy Metella, Fabien Gilot, Florent Manaudou et Jérémy Stravius ont dû se contenter de la deuxième place. Et les regards des quatre nageurs tricolores à l’issue de la course et sur le podium, quelques minutes plus tard, ne laissaient guère de place au doute : c’est bien avec amertume qu’ils ont reçu cet argent olympique.

Et d’ailleurs Fabien Gilot, qui disputait à 32 ans sa dernière compétition internationale, ne s’est pas caché au moment de commenter la course. "Ça a forcément un goût amer, on est tombé sur une équipe américaine très forte. On les a battus depuis quatre ans à chaque fois, aujourd'hui (dimanche), c'est eux qui nous battent. Malheureusement, ça tombe le jour des Jeux olympiques", a réagi celui qui fut en argent à Pékin et en or à Londres avec le relais. "Notre série d'invincibilité s'arrête mais on n'a pas à rougir de cette médaille", a-t-il conclu.

  • Des Bleus à l’âme : Mahut-Herbert sortis d’entrée

Celle-là, on ne l’avait pas vu venir. Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, grands favoris pour le titre olympique en double masculin, ont chuté d’entrée face aux Colombiens Juan-Sebastian Cabal et Robert Farah, en deux sets secs, qui plus est (7-6[4], 6-3). Les tennismen français, têtes de série n°1 du tournoi olympique, vainqueurs du dernier Wimbledon, entre autres, n’ont pas été capables de hisser leur niveau de jeu. Ils quittent Rio sur une énorme déception.

Quelques heures plus tard, Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga avaient l’occasion de faire oublier cette piteuse élimination. Mais les deux joueurs n’avaient pratiquement jamais joué ensemble, et cela s’est vu. Face aux Américains Brian Baker et Rajeev Ram, ils n’ont jamais vraiment existé, avec une défaite sèche (6-1, 6-4).

  • Les peurs bleues : Les victoires à l’arraché du basket féminin et du hand masculin

Les "Braqueuses" sont de retour. Il y a quatre ans aux Jeux de Londres, les basketteuses françaises avaient gagné ce surnom à grand coup de victoires à l’arraché. Dimanche soir face à la Biélorussie, pour leur deuxième match de poules, elles ont une nouvelle fois justifié ce surnom. Menée 72-71 à 11''4 du terme, elles se sont finalement imposées (73-72) au buzzer sur un tir d’Endy Miyem au terme d’une action pour le moins confuse. Vainqueurs de la Turquie pour leur entrée en lice, ce deuxième succès devrait leur permettre de digérer le forfait de dernière minute de leur emblématique meneuse Céline Dumerc. Et se mettre à rêver au podium.

Le podium, c’est le service minimum pour les handballeurs français. Les hommes de Claude Onesta entraient en lice dimanche soir, et on leur promettait une promenade de santé face à la modeste Tunisie. Mais après une première mi-temps solide, l'attaque française nous a fait le coup de la panne, et il a fallu que les cadres, tels Nikola Karabatic ou Daniel Narcisse, s’emploient pour que les Bleus s’imposent dans la douleur (25-23).

  • Les Bleus de chauffe

Malgré la spirale négative du jour, certains sportifs français ont fait le boulot pour poursuivre l’aventure olympique. En tennis, Benoît Paire, face au Tchèque Lukas Rosol (3-6, 6-3, 6-4), et Alizé Cornet, face à la Suédoise Johanna Larsson (6-1, 2-6, 6-3), ont tous deux remporté leur premier tour. Ça passe aussi pour le boxeur Souleymane Cissokho qui, comme son compatriote Sofiane Oumiha (-60 kilos) quelques heures plus tôt, s’est qualifié pour les huitièmes de finale dans la catégorie des -69 kilos. Enfin Camille Lacourt, très bonne chance de médaille pour la natation française, s’est tranquillement qualifié pour la finale du 100 m dos avec le quatrième temps des demi-finales.

La nuit des Bleus

BASKET FÉMININ
 France-Biélorussie : 73-72
 
 BOXE
 -69 kilos : Souleymane Cissokho - Imre Balazs Bacskai (Hongrie) : 3-0

HANDBALL MASCULIN
 France-Tunisie 25-23

NATATION
 Le relais 4x100 m nage libre médaille d’argent
 Coralie Balmy huitième de la finale du 400 m nage libre
 Camille Lacourt qualifié pour la finale du 100 m dos
 
 TENNIS
 Benoît Paire- Lukas Rosol (République tchèque) : 3-6, 6-3, 6-4
 Alizé Cornet - Johanna Larsson (Suède) : 6-1, 2-6, 6-3
 Juan-Sebastian Cabal-Robert Farah - Pierre-Hugues Herbert-Nicolas Mahut : 7-6 , 6-3
 Brian Baker-Rajeev Ram - Jo-Wilfredi Tsonga-Gaël Monfils : 6-1, 6-4

TENNIS DE TABLE
 Xue Li - Jie Li (Pays-Bas) : 8-11, 12-14, 11-8, 11-9, 11-7, 6-11, 11-9
 Kou Lei (Ukraine) - Simon Gauzy : 11-6, 6-11, 16-14, 11-9, 11-6