JO de Rio 2016-Cyclisme : le Belge Greg Van Avermaet médaillé d'or sur route

  • A
  • A
JO de Rio 2016-Cyclisme : le Belge Greg Van Avermaet médaillé d'or sur route
Le Belge Greg Van Avermaet est devenu samedi le champion olympique de la course en ligne sur route.@ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le cycliste Greg Van Avermaet est devenu samedi le champion olympique de la course en ligne sur route. Il a devancé Jakob Fuglsang et Rafal Majka.

Première médaille belge des Jeux olympiques, et une médaille en or. Greg Van Avermaet a remporté samedi la course en ligne du vélo sur route, devant le Danois Jakob Fuglsang et le Polonais Rafal Majka. Le premier Français, Julian Alaphilippe, est arrivé quatrième, au pied du podium.

Sprint dans les derniers kilomètres. Vainqueur d'étape et maillot jaune pendant le dernier Tour de France, Van Avermaet s'est imposé au sprint, remontant avec Fuglsang sur Majka dans les sept derniers kilomètres de plat menant à la ligne d'arrivée. Tous deux ont bénéficié de la chute, dans la dernière descente, de l'Italien Vincenzo Nibali, grand protagoniste de cette course olympique, et du Colombien Sergio Henao. Alaphilippe, lui aussi, avait frôlé le pire mais était parvenu à repartir.

Échappée dès la première demi-heure. Auparavant, une échappée lancée dès la première demi-heure avait réuni sept coureurs (Kwiatkowski, Pantano, Geschke, Albasini, Kochetkov, Byström). Leur avance avait approché les huit minutes avant que les trois équipes d'Espagne, d'Italie et de Grande-Bretagne réduisent l'écart. Nibali, aidé par Fabio Aru pour la "Squadra", s'est lancé à l'offensive à 35 kilomètres de l'arrivée. Derrière le groupe de dix formé à son initiative (avec Caruso, Zeits, Thomas, Henao et Van Avermaet, premiers contre-attaquants, puis Yates, Fuglsang et Majka), les Espagnols ont mené la chasse en demandant de l'aide pour réduire l'écart d'une cinquantaine de secondes.

Attaque de Froome. Dans l'ultime ascension, le Britannique Chris Froome est parti à l'attaque dans son style caractéristique. Son dauphin du Tour de France, Romain Bardet, a tenté en vain de le suivre. Mais, à l'avant, Nibali a forcé l'allure et a fini par provoquer la décision avant le sommet, au seuil des 20 derniers kilomètres, avec Majka et Henao. Le trio n'a basculé qu'avec une vingtaine de secondes d'avance sur le groupe de contre-attaque renforcé par le Français Julian Alaphilippe. C'est dans la descente piégeuse de Vista Chinesa, où l'Australien Richie Porte était tombé au tour précédent, que Nibali et Henao ont perdu toute chance, tout comme le Britannique Geraint Thomas.