JO de Rio 2016-Canoë biplace : le bronze pour Gauthier Klauss et Matthieu Péché sur le slalom !

  • A
  • A
JO de Rio 2016-Canoë biplace : le bronze pour Gauthier Klauss et Matthieu Péché sur le slalom !
Matthieu Péché et Gauthier Klauss ont eu chaud !@ Carl de Souza / AFP
Partagez sur :

HALETANT - Au terme d'une course folle, le duo français a décroché le bronze sur le slalom, en canoë biplace.

Superbe médaille pour le canoë français ! Quatrièmes aux Jeux de Londres, Gauthier Klauss et Matthieu Péché ont pris leur revanche sur les JO en allant chercher le bronze sur le slalom, en canoë biplace. Après la victoire de Denis Gargaud en monoplace, le canoë tricolore empoche sa deuxième breloque, la huitième de la délégation, au terme d'une finale haletante qui s'est jouée à quelques centièmes seulement. Les frères Skantar ramènent l'or à la Slovaquie, devant les Britanniques David Florence et Richard Hounslow.

La pression au départ. Après une demi-finale correcte terminée à la cinquième place, Gauthier Klauss et Matthieu Péché se devaient d'accélérer le mouvement, jeudi en finale du slalom, pour espérer décrocher la médaille qui leur avait échappé d'un rien à Londres. Partis en cinquième position sur les dix bateaux de cette finale, les Français ont eu beaucoup de pression sur les épaules après un passage monstrueux du duo slovaque, en tête avec une navigation bien plus rapide que le meilleur temps de la demi-finale.

Condamnés au sans-faute. Très rapide sur le haut du parcours, les Bleus ont fait jeu égal avec le chrono des frères Skantar pendant les quinze premières portes, avant de lâcher peu à peu du lest. Mais grâce à un beau sans-faute, Klauss/Péché ont bien sauvé les meubles en terminant à 1.66 du fabuleux duo slovaque.

Terrible attente. Il a ensuite fallu attendre les quatre derniers concurrents pour espérer garder une place sur le podium. Rapidement, les Britanniques Florence/Hounslow sont passés devant les Français grâce à un parcours de très haut niveau. Seuls les Allemands pouvaient encore déloger les Bleus. 

34 centièmes pour le bonheur. Durant quasiment toute la course, les Allemands étaient en tête sur les chronos intermédiaires et laissaient présager le pire au duo français, qui a dû se remémorer la désillusion de Londres pendant quelques secondes. Mais Franz Anton et Jan Benzien ont finalement craqué sur la toute fin du parcours, offrant le bronze aux Français pour seulement 34 centièmes.