JO 2024 : après Rome, autour de Budapest de renoncer à une candidature ?

  • A
  • A
JO 2024 : après Rome, autour de Budapest de renoncer à une candidature ?
Des brochures du collectif hongrois Momentum qui dénonce la gabegie du projet de JO 2024 à Budapest et qui appelle au retrait de la candidature.@ ATTILA KISBENEDEK / AFP
Partagez sur :

Le maire de la capitale hongroise a affirmé vendredi qu'il pourrait renoncer à la candidature en cas de référendum défavorable. 

La nouvelle pourrait faire les affaires de Paris et de Los Angeles. La mairie de Budapest a évoqué vendredi un possible retrait de la course à l'organisation des JO-2024, alors que des opposants ont annoncé avoir recueilli largement assez de signatures pour déclencher l'organisation d'un référendum contre cette candidature. "S'il s'avère qu'un nombre suffisant de Budapestois ont signé pour un référendum, j'envisagerai sérieusement un retrait de la candidature", a annoncé vendredi à la presse le maire Istvan Tarlos. L'édile de la capitale hongroise a par ailleurs assuré qu'il "refuse(rait) d'ignorer la volonté du peuple".

Plus de 250.000 signatures pour l'organisation d'un référendum. Lancée il y a un mois par un mouvement de jeunes opposants, Momentum, une pétition pour l'organisation d'un référendum anti-JO avait recueilli 266.151 signatures ce vendredi. La question proposée est la suivante : "Etes-vous d'accord avec l'idée que la municipalité de Budapest retire sa candidature à l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 ?" Le quorum nécessaire pour que la consultation locale soit organisée est de 138.000 signatures, soit 10% du corps électoral de la capitale hongroise. Le Comité électoral municipal a désormais 45 jours pour vérifier la validité des signatures.

Succession de retrait de candidatures. Les villes allemandes de Hambourg et Kiel avaient renoncé à leur candidature commune aux JO-2024 à la suite d'une référendum en décembre 2015. Rome avait également jeté l'éponge en septembre dernier, après un changement de majorité municipale. Considérée comme un outsider face aux poids lourds Paris et Los Angeles, Budapest a choisi de jouer la carte d'une candidature "modeste" et "à taille humaine", avec un budget d'investissements spécifiques limité à 2,4 milliards d'euros. Mais le collectif Momentum dénonce tout de même le coût du projet et pointe les risques de "corruption" qu'il comporte.

Le nom de la ville-hôte des JO-2024, lui, sera dévoilé le 13 septembre à Lima par le Comité international olympique (CIO).