JO 2018 - Une journée en bleu : pas d’apothéose pour Fourcade, le skicross français bredouille

  • A
  • A
Partagez sur :

Pas de nouvelle médaille pour la France vendredi. Martin Fourcade et le relais ont terminé à une décevante cinquième place, alors que les filles du skicross n’ont pas vu la finale.

UNE JOURNÉE EN BLEU

Le compteur de la délégation française reste bloqué à 15 médailles. Et pourtant, on en espérait une, voire deux, vendredi à Pyeongchang. Mais ni le relais français en biathlon, malgré la présence de Martin Fourcade, ni les filles du skicross ne sont parvenus à accrocher le podium.

Les maux bleus. Les supporters de biathlon n’auront pas rêvé longtemps à une quatrième médaille d’or pour Martin Fourcade. Dès le premier relais, la France était hors du coup pour la victoire, mais aussi pour le podium. Car Simon Desthieux a craqué. Auteur de cinq fautes au tir debout, le Français a dû tourner deux fois sur l’anneau de pénalité, accusant 1’50’’ au moment de passer le relais à Emilien Jacquelin. Le jeune Français faisait le boulot, mais restait loin du podium potentiel.

Et Martin Fourcade a dû prendre tous les risques. C’est passé sur le tir couché, mais pas debout. Dans le vent, le quintuple champion olympique a commis quatre fautes et dû tourner une fois sur l’anneau de pénalité pour conclure son parcours en septième place.

Impeccable au tir, Antonin Guigonnat a ensuite ramené la France à une plus honorable cinquième place. Pas de quoi consoler ses camarades.

Des bleus à l’âme. Rien n’aura souri, décidément, au skicross français. Après le fiasco chez les messieurs, qui n’avaient placé personne dans la finale, quatre ans après le triplé historique de Sotchi, les filles sont elles aussi reparties bredouille.

Cela avait mal commencé, avec la blessure à l’entraînement, quelques jours plus tôt, d’Ophélie David, la doyenne, qui à 41 ans espérait enfin décrocher la médaille olympique qui manque à son impressionnant palmarès. Vendredi matin, celle qui a été le plus loin a été Alizé Baron, éliminée en demi-finales. La Française, 25 ans, a ensuite remporté la petite finale, mais cette cinquième place ne consolera pas celle qui avait conclu sa demi en larmes. L’autre Française, Marielle Berger-Sabbatel, a échoué en quarts de finale.

"J’avais vraiment le ski pour jouer devant. Il manque tellement peu pour que ça passe en demi-finale", a réagi Alizé Baron, au bord des larmes, sur France 3. "Je me retrouve au départ de la petite finale, j’ai absolument pas envie d’être là. Mais il y avait énormément de monde derrière la télé. Il était très tôt. Et pour eux, je devais aller chercher cette petite victoire. Maintenant il faut avaler, et il y a tellement de belles années encore devant nous", a-t-elle voulu positiver.  

Trop bleue. Maé-Bérénice Meité n’avait plus grand-chose à espérer après sa 22ème place au programme libre. La patineuse française a eu le mérite de grappiller trois places pour terminer l’épreuve à une anonyme 19ème place. Loin, très loin de la Russe Alina Zagitova, championne olympique à seulement 15 ans.