JO 2018 : Pierre Vaultier triomphe, Tessa Worley déçoit

  • A
  • A
JO 2018 : Pierre Vaultier triomphe, Tessa Worley déçoit
Émotions contraires pour Pierre Vaultier, en or, et Tessa Worley, seulement 7e du géant. @ AFP
Partagez sur :

La nuit de mercredi à jeudi a été marquée par la deuxième médaille d’or de suite pour Pierre Vaultier en snowboardcross et l’échec de Tessa Worley en géant. Le Norvégien Aksel Lund Svindal remporte la descente.

LA NUIT DES JEUX

Un tourbillon d’émotions ! Après plusieurs jours marqués par des reports en raison du vent, les conditions météorologiques ont épargné les Jeux olympiques de Pyeongchang pour offrir une magnifique nuit de sport, dans la nuit de mercredi à jeudi. Si l’épreuve-reine des JO, la descente hommes, a sacré le Norvégien Aksel Lund Svindal, la délégation tricolore retiendra surtout le nouveau triomphe de Pierre Vaultier. Après Sotchi, en 2014, il a décroché une deuxième médaille d’or d’affilée en snowboardcross, la sixième pour la délégation française dans ces Jeux olympiques. Tessa Worley, cheffe de file du ski alpin tricolore, a en revanche déçu avec sa 7e place en géant, très loin de l’Américaine Mikaela Shiffrin. Europe 1 revient sur cette nuit aussi chargée qu’intense.

Pierre Vaultier, une avalanche de succès. Pierre Vaultier était annoncé comme l’immense favori du snowboardcross ? Le Français a parfaitement tenu son rang ! Le rider de 30 ans a remporté son deuxième titre olympique de suite, quatre ans après Sotchi. Vaultier a nettement devancé tous ses concurrents en finale, se permettant la gourmandise d’une figure acrobatique sur le dernier saut pour fêter son nouveau triomphe.

Le Français, également champion du monde en titre, s’est pourtant fait une grosse frayeur en demi-finale. Vaultier a chuté, comme trois autres de ses adversaires, mais a finalement pu repartir pour finir à la troisième et dernière place qualificative. 

Les Norvégiens au sommet de la descente. La Norvège, grande nation du ski alpin, a enfin inscrit son nom au palmarès de la descente olympique. Après des années de frustration à terminer en argent ou en bronze, le vétéran Aksel Lund Svindal a apporté la première médaille d’or dans la discipline à son pays. Le vice-champion olympique en 2010 et double champion du monde (2007 et 2013) connaît la consécration à 35 ans, devant son compatriote Kjetil Jansrud, de trois ans son cadet. Gravement blessé en 2016, à nouveau opéré un an plus tard, l’abnégation de Svindal, géant du ski alpin depuis plus de dix ans, a payé.

Le Suisse Beat Feuz, champion du monde en titre, complète ce podium sans surprise, où les favoris ont tous tenu leur rang. Les Français, habitués des exploits en descente, n’ont pas pu imiter Jean-Luc Crétier et Antoine Dénériaz, sacrés en 1998 et en 2006. Brice Roger, le premier Tricolore, a tout de même terminé à une belle huitième place.

Tessa Worley a pris froid. Avec Alexis Pinturault, Tessa Worley était attendue comme la cheffe de file du ski alpin français. La skieuse n’a malheureusement pas tenu son rang de favorite en passant totalement à côté du slalom géant. La double championne du monde (2013 et 2017) a perdu toute chance de podium dès la première manche, avec une quatorzième place provisoire. Worley, bien meilleure dans la seconde, n’a cependant pas pu refaire son retard et a échoué à la septième place, loin, très loin de l’Américaine Mikaela Shiffrin, sacrée championne olympique. Une immense déception pour la skieuse du Grand-Bornand et pour toute la délégation tricolore.

James et Ciprès ont échoué à gravir l’Olympe. Vanessa James et Morgan Ciprès ne s’en étaient pas caché : ils visaient la médaille dans l’épreuve de couples de patinage artistique. Les Français ont, malheureusement pour eux, une nouvelle fois échoué au pied du podium. Quatrièmes au championnat d’Europe, en janvier, ils ont cette fois terminé à la cinquième place. Les juges ne leur ont pas pardonné la lourde chute de Vanessa James pendant le programme libre, jeudi.

Mince consolation pour le clan tricolore : un Français d’origine a lui été sacré olympique… pour l’Allemagne. Bruno Massot, né à Caen et naturalisé allemand en 2017, a en effet décroché la médaille d’or avec sa partenaire Aliona Savchenko, d’origine ukrainienne. Le couple, qui aurait pu concourir pour la France, avait fait le choix de s’exiler outre-Rhin après de longues tractations avec les fédérations allemande et française, comme le raconte Le Monde. Dommage pour la délégation tricolore…

Le programme du reste de la journée : 

(8h40) Hockey sur glace : Athlètes olympiques de Russie-Finlande, phase de groupe dames
(8h40) Hockey sur glace : Norvège-Suède, phase de groupes messieurs
(9h15) Biathlon : Individuel dames : Justine Braisaz, Anaïs Bescond, Anaïs Chevalier et Célia Aymonier
(12h) Biathlon : Individuel messieurs (20 km) : Martin Fourcade, Quentin Fillon-Maillet, Simon Desthieux, Antonin Guigonnat
(12h) Patinage de vitesse : 10.000 m messieurs
(12h) Ski acrobatique : saut dames, qualifications
(12h05) Curling : Chine-Grande-Bretagne, Canada-Suède, États-Unis-Suisse, Corée du Sud-Japon, poule unique, dames
(13h10) Hockey sur glace : République tchèque-Corée du Sud et Suisse-Canada, phase de groupes messieurs
(13h30) Luge : relais par équipes