JO : le ski français frustré, Hirscher privé de triplé, Kevin Rolland en larmes

  • A
  • A
JO : le ski français frustré, Hirscher privé de triplé, Kevin Rolland en larmes
Clément Noël a échoué à seulement quatre centièmes du podium en slalom, jeudi. Kevin Rolland, lui, a été victime d'une grosse chute en finale du halfpipe.@ AFP
Partagez sur :

Les slalomeurs français ont fini au pied du podium d'un slalom qui a mis les deux favoris au tapis. La nuit a également été marquée par les larmes de Kevin Rolland, victime d'une terrible chute en halfpipe.

LA NUIT DES JEUX

La frustration est à la hauteur de leur performance. Les slalomeurs français Clément Noël, Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet ont fini 4ème, 5ème et 6ème de l'épreuve de slalom jeudi, à quelques centièmes du podium seulement. La voie était pourtant libre : l'ogre autrichien Marcel Hirscher était sorti de piste en première manche, avant que son éternel dauphin, le Norvégien Henrik Kristoffersen, ne l'imite en seconde. Aux Jeux de Pyeongchang, la nuit a également été marquée par les larmes de Kévin Rolland, victime d'une énième chute en finale du halfpipe. Dans le combiné dames, Mikaela Shiffrin a pris la médaille d'argent derrière la Suisse Michelle Gisin.

Au pied des sommets. Il y avait pourtant la place... Les slalomeurs français ont finalement dû se contenter des places d'honneur jeudi, au terme d'une course d'anthologie. La première surprise - et quelle surprise ! - a été l'élimination de Marcel Hirscher. L'Autrichien, qui espérait décrocher un troisième titre olympique en Corée, a loupé son rendez-vous avec le slalom et l'histoire, victime d'une sortie de piste à mi-parcours. Cela ne lui était plus arrivé depuis le 14 février 2016, soit 21 courses. "Je n'avais absolument aucune confiance sur ce genre de neige. J'ai vraiment très mal skié. Cela peut aussi arriver, ça fait partie du jeu, du sport. Certains jours on gagne, et d'autres on n'est pas à la hauteur", a relativisé le "Kaiser", pour qui les Jeux sont désormais terminés.

Son échec laissait alors le champ libre à son plus grand rival, le Norvégien Henrik Kristoffersen, auteur du meilleur chrono de la première manche. Un score qui lui a permis de s'élancer en dernière position sur la piste de Yongpyong... L'occasion était presque trop belle, la sanction trop cruelle : sortie de piste, et pas de médaille pour le skieur de Lorenskog, près d'Oslo, qui laisse donc l'or au Suédois Andre Myhrer, sacré à 35 ans devant le Suisse Ramon Zenhaeusern et l'Autrichien Michael Matt.

Sans-titre-5

Cruel. Le terme convient parfaitement au résultat des Français. À l'issue de la première manche, trois d'entre eux s'étaient placés dans les sept premiers : Victor Muffat-Jeandet (3ème), Alexis Pinturault (6ème) et le jeune prodige Clément Noël (7ème). Cela s'est finalement joué à rien... Pour ses premiers Jeux, Clément Noël, 21 ans, échoue à seulement quatre centièmes du podium, avec une belle quatrième place malgré tout. Derrière, "Pintu", cinquième, et "VMJ", sixième, font tir groupé. Le dernier podium tricolore dans la discipline en Coupe du monde de ski alpin remonte à Wengen, en Suisse, le 19 janvier 2014. Il faudra donc attendre encore.

"Je ne vais pas me plaindre. Je fais une belle olympiade, je suis très content", a réagi Alexis Pinturault, qui repart de Corée avec l'argent du combiné et le bronze du géant. "Après j'ai forcément un peu de frustration. Je pense qu'on s'est tous bien battus, on peut tous être contents du résultat malgré le fait qu'on espère toujours un peu mieux". Même discours chez Clément Noël, champion du monde juniors au début du mois, et promis à une belle carrière : "C'est juste les quatre centièmes qui me frustrent un peu. Mais si on m'avait dit que j'aurais pu jouer la médaille, même hier, je n'y aurais pas cru", a-t-il souligné après la course. Les Bleus ont une dernière occasion de dissiper toute frustration : l'épreuve par équipes samedi.




Un cri dans la nuit. Il était arrivé en qualifications perclus de douleurs. "Mon corps est un puzzle", avait-il même lâché. Kevin Rolland, médaillé de bronze de halfpipe à Sotchi en 2014, s'est fait peur, très peur jeudi. Premier run : une chute. Deuxième run : une autre chute. Troisième run : encore une chute. Sur cette dernière tentative, le Français, déjà blessé à l'épaule, au bassin et aux cervicales, se prend même le côté du pipe dans les jambes. Le choc est terrible. Un cri résonne dans le Phoenix Snowpark. Les secours interviennent, posent la civière sur la neige. Mais Kevin Rolland, en guerrier, décide de se relever coûte que coûte pour finir sur les skis. Une attitude qui force le respect et l'admiration du public et de ses adversaires, tous debout pour l'applaudir. 

rolland

© Martin BUREAU / AFP

"La dernière chute m'a bien anéanti. Je suis un peu au fond du trou", a réagi le Français sur France TV, les larmes aux yeux. "Je voulais au moins poser un run, montrer de quoi j'étais capable… Je suis déçu pour moi, pour tous les gens qui me soutiennent et qui voulaient me voir réussir. Ce n'est pas facile…" Thomas Krief, l'autre Français engagé dans cette finale, n'a pas connu meilleur destin. Tombé sur une réception lors de son premier run, "Toto" a dû se résigner à ne pas courir les deux autres, souffrant de "très grosses douleurs à l'ischio-jambier gauche". L'Américain David Wise, déjà sacré à Sotchi, repart quant à lui avec un nouveau titre olympique grâce à un score de 97,20 points, devant son compatriote Alex Ferreira (96,40 pts) et l'adolescent Néo-Zélandais Nico Porteous (94,80 pts).

Shiffrin rate sa deuxième étoile. Elle visait au moins quatre médailles d'or à Pyeongchang. Après la dernière épreuve individuelle de ski alpin, Mikaela Shiffrin, 22 ans, n'en a qu'une seule autour du cou, conquise sur le géant. Après sa déception sur le slalom (4ème) et son retrait des deux disciplines de vitesse (descente et Super-G), l'Américaine a néanmoins remporté l'argent sur le combiné, calée à la deuxième place entre les Suissesses Michelle Gisin - la sœur de Dominique, championne olympique de descente à Sotchi - et Wendy Holdener.

Lindsey Vonn, médaillée de bronze en descente la veille, a failli s'inviter à la fête après une superbe première manche dans laquelle elle avait su prendre les devants. "Je suis la petite vieille qui s'accroche à la médaille", avait plaisanté la superstar américaine, qui disputait a priori la dernière course olympique individuelle de sa carrière, à 33 ans. Mais pour ses adieux, la "Speed Queen" a enfourché sur le slalom, une discipline qu'elle n'avait pas pratiquée depuis cinq ans... Sportivement, elle est quand même allée saluer Shiffrin pour une tape amicale. Certains y verront un passage de relais.



L'étoile qui ne demande qu'à briller. C'est peu dire que le skicross français est tombé de haut cette semaine à Pyeongchang. La doyenne de la délégation tricolore, Ophélie David (41 ans), s'est d'abord gravement blessée à l'entraînement lundi… Puis, deux jours plus tard, les messieurs ont fait chou blanc sur le Phoenix Snowpark, quatre ans après leur triplé historique à Sotchi. Au milieu de cette nuit sombre, Alizée Baron pourrait faire figure de petite lueur... Du moins si les organisateurs le lui permettent. La skieuse d'Orcières Merlette 1850 a pris la sixième place de la manche de classement jeudi. "C'est ça de fait, ça fait du bien. C'était important d'assurer une bonne qualif' étant donnée la météo qu'ils annoncent demain", a remarqué la Française de 25 ans. Car c'est bien là tout le problème : si le temps venait à empêcher les finales de se courir, les médailles pourraient être décernées selon cette manche de classement, tout simplement.

Une mauvaise nouvelle pour le spectacle, mais une bonne pour les Canadiennes, qui ont trusté les trois premières places des qualifications. Le meilleur temps a été réussi par Marielle Thompson, la tenante du titre, devant Kelsey Serwa, médaillée d'argent à Sotchi. La Suédoise Sandra Naeslund, grande favorite de l'épreuve, s'est classée quatrième, alors que l'autre Bleue engagée, Marielle Berger-Sabbatel, a réalisé le 12ème chrono.

 

Le programme du reste de la journée :

(8h30) Combiné nordique par équipes messieurs : épreuve de saut petit tremplin, avec François Braud, Antoine Gérard, Maxime Laheurte et Jason Lamy-Chappuis

(11h00) Short-track : 500 m messieurs, 1.000 m dames avec Véronique Pierron et relais 5.000 m messieurs

(11h20) Combiné nordique par équipes messieurs : ski de fond, relais 4 x 5 km style classique avec François Braud, Antoine Gérard, Maxime Laheurte et Jason Lamy-Chappuis

(12h05) Curling : demi-finales messieurs

(12h15) Biathlon : relais dames (4 x 6 km) avec Anaïs Bescond, Justine Braisaz, Anaïs Chevalier, Marie Dorin