JO-2018-dopage : le TAS rejette les appels des 47 Russes qui souhaitaient participer à Pyeongchang

  • A
  • A
JO-2018-dopage : le TAS rejette les appels des 47 Russes qui souhaitaient participer à Pyeongchang
L'appel des 47 Russes a été rejeté, a déclaré devant la presse le secrétaire général du TAS Matthieu Reeb. @ FRANÇOIS-XAVIER MARIT / AFP
Partagez sur :

Pour le CIO, cette décision prise vendredi "appuie la lutte contre le dopage et clarifie les choses pour tous les athlètes".

L'appel des 47 Russes qui souhaitaient participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang a été rejeté par le Tribunal arbitral du sport, a annoncé vendredi le TAS à quelques heures de la cérémonie d'ouverture des JO-2018. Cette décision "appuie la lutte contre le dopage et clarifie les choses pour tous les athlètes", a réagi le Comité international olympique.

La chambre ad hoc du TAS, installée à Pyeongchang pendant la durée des Jeux, "a rejeté l'appel déposé le 6 février par 32 sportifs russes contre une décision du Comité international olympique" de ne pas les inviter, a déclaré devant la presse le secrétaire général du TAS Matthieu Reeb. Le TAS a également "rejeté l'appel de 15 sportifs et entraîneurs russes déposé le 7 février", a-t-il ajouté.

168 Russes "propres" présents. Pour le moment, 168 sportifs russes considérés comme "propres" par le CIO sont donc admis à participer aux JO sous la bannière olympique, en raison de la suspension du Comité olympique russe. Cette suspension décidée le 5 décembre fait suite à la mise au jour d'un vaste système de dopage institutionnalisé sur plusieurs années en Russie, notamment lors des JO de Sotchi-2014.

Un ultime recours en Suisse. Les 47 Russes ont également déposé un recours devant le tribunal d'arrondissement de Lausanne en Suisse, siège du CIO et du TAS, afin d'obtenir des mesures d'urgence, ultime et infime espoir pour eux d'être invités aux JO, selon une une source proche du CIO. "Ce tribunal, saisi en urgence, doit tenir une audience dans l'après-midi" vendredi, a ajouté cette source.