JO de Rio 2016-Revente illégale de billets : perquisition au Comité olympique irlandais à Rio

  • A
  • A
JO de Rio 2016-Revente illégale de billets : perquisition au Comité olympique irlandais à Rio
@ Yasuyoshi CHIBA/AFP
Partagez sur :

"Aucune arrestation n'a eu lieu" mais les policiers ont saisi des passeports et des téléphones portables. 

La police brésilienne a perquisitionné dimanche les locaux du Comité olympique irlandais (OCI) à Rio de Janeiro dans le cadre d'une enquête sur un réseau de revente illégale de billets des JO, a annoncé l'OCI dans un communiqué.

Hors du Village Olympique. Le président du Comité irlandais Patrick Hickey, 71 ans, a déjà été interpellé dans le cadre de cette enquête et placé en détention provisoire en attendant d'être présenté mardi à un juge de Rio qui devrait statuer sur son sort. Dimanche à l'aube, au dernier jour des Jeux olympiques de Rio, la police a fait irruption sur le lieu de résidence de l'équipe de l'OCI pendant les JO, hors du Village Olympique, s'intéressant à trois de ses membres, selon les médias brésiliens.

Pas d'arrestation. "Aucune arrestation n'a eu lieu", mais les policiers ont saisi les passeports ainsi que les téléphones et ordinateurs portables" de plusieurs membres du Comité "qui ont été convoqués mardi à un commissariat de police pour être interrogés", a précisé l'OCI. Les trois membres de l'OCI visés ont été "convoqués mardi à un commissariat de police de Rio pour être interrogés". Cette opération policière fait suite à une série d'arrestations et plusieurs autres mandats d'arrêt ont été lancés.

781 billets revendus. La police a saisi au total 781 billets qui étaient revendus à des prix très élevés. Ceux pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus 8.000 dollars (7.200 euros), alors que le prix officiel le plus élevé était de 1.300 dollars (1.200 euros). Le trafic a généré une recette "d'au moins 10 millions de réais (2,8 millions d'euros). La valeur faciale des tickets saisis est de 626.000 réais, mais ils étaient revendus jusqu'à 30 fois leur prix", avait indiqué mercredi Ricardo Barbosa, de l'unité anti-fraudes de la police de Rio.