JO de Rio 2016-Football : Pourquoi les Bleues peuvent battre les États-Unis

  • A
  • A
JO de Rio 2016-Football : Pourquoi les Bleues peuvent battre les États-Unis
Les Bleus peuvent battre les États-Unis.@ AFP
Partagez sur :

TEST - L’équipe de France féminine défie samedi soir les Américaines, championnes du monde et championnes olympique en titre.

Elles ne pouvaient pas rêver meilleure entrée en matière. L’équipe de France féminine a aisément remporté son premier match du tournoi olympique contre la Colombie (4-0) et elle se présente désormais avec le plein de confiance avant d’affronter l’ogre américaine. D'autant qu'il y a des raisons d’y croire.

Une défense de fer. C’était l’un des points d’interrogation de cette équipe de France féminine. Après les forfaits conjoints des Parisiennes Laure Boulleau et Laura Georges, le sélectionneur national Philippe Bergeroo se voyait amputer de deux titulaires en puissance. Mais dans ce secteur de jeu, la France a de la ressource et elle a prouvé qu’elle pouvait voyager sereinement, car la relève est là. À commencer par la jeune Lyonnaise Griedge Mbock, irréprochable face à la Colombie. Du haut de ses 21 ans, elle ferait presque oublier l’expérimentée Laura Georges. Idem dans le couloir gauche avec Amel Majri, la meilleure joueuse du dernier championnat de France, impressionnante défensivement et offensivement, en atteste son superbe coup franc contre les Colombiennes.

Face à Carly Lloyd ou Alex Morgan, les Bleues vont devoir serrer la vis. "Morgan n'a pas trop touché de ballons et il en a suffi d'un pour qu'il aille au fond", rappelle d’ailleurs la milieu Elise Bussaglia. De plus, les Bleues n’ont plus encaissé de but depuis sept matches. La dernière fois, c’était… face aux Etats-Unis.

Un milieu impérial, une attaque (enfin) efficace. Le milieu de terrain est un secteur historiquement fort chez les Bleues. Et cela s’est confirmé lors du premier match, le triangle Amandine Henry (qui figure parmi les trois meilleure joueuses européennes, ndlr), Camille Abily, Elise Bussaglia fait des merveilles. Devant, le problème d’efficacité a longtemps été pointé du doigt. Contre les Colombiennes, les Françaises ont vite chassé les doutes. Louisa Necib-Cadamuro a été très disponible et la jeune Kadidiatou Diani est en train de se révéler. Sa pointe de vitesse pourrait gêner l’arrière-garde américaine. Enfin, en pointe, Eugénie Le Sommer a retrouvé le chemin des filets et semble plus affûtée que jamais.

Les Bleues gênent souvent les Américaines. Malgré les statistiques guère en leur faveur (21 matches, 3 victoires seulement), les Françaises tiennent ces derniers temps en respect la Team USA. "On les a joué cinq fois en trois ans, c’est la meilleure équipe du monde, mais on a souvent la maîtrise du ballon contre elles", analyse pour Europe 1 la défenseure Jessica Houara-D’Hommeaux. "Elles jouent en contre, à nous d’être très solides défensivement et de ne pas trop s’exposer."

Le dernier match en date, en mars dernier, s’était soldé par une défaite rageante 1-0, avec but encaissé dans les arrêts de jeu. Les Bleues ont toutefois déjà battu les Etats-Unis. C’était en février 2015, à Lorient (2-0). Depuis, les Américaines ont raflé un nouveau titre mondial, et les Françaises sont montées sur la troisième marche du classement Fifa. Un véritable test pour des Françaises qui seraient bien inspirées de l’emporter, et ainsi s’éviter potentiellement l’Allemagne en quarts de finale…