Muffat dans l'ombre de Manaudou

  • A
  • A
Muffat dans l'ombre de Manaudou
@ REUTERS
Partagez sur :

JO - La nageuse française visera l'or à Londres sur le 200 m et le 400 m nage libre.

"Ce que les gens attendent de moi, c’est ce que j’attends depuis longtemps", confiait récemment Camille Muffat comme pour évacuer une éventuelle pression. A 22 ans, cette Niçoise d'1,83 m est l'une des meilleures chances de la natation française à Londres. En 2012, elle a réalisé les meilleures performances mondiales de l’année sur 200 m (1'54''66) et 400 m nage libre (4'1''13). Mais pas question de s'attarder sur les chronos. Un seul objectif compte, l'or olympique, pour se faire définitivement un nom.

Quand on parle de Camille, c'est de Camille Lacourt qu'il s'agit. Quand on parle de la natation au féminin, on pense tout de suite à Laure Manaudou. Camille Muffat, elle, a droit aux pages intérieures. "Quand il y a Laure qui revient, on parle plus de ça que de mes performances", concède-t-elle assez lucide. Pourtant, cette nageuse est entrée dans la compétition en frappant un grand coup : elle avait 15 ans quand elle a battu la belle Laure pour décrocher son premier titre de championne de France, à Nancy en 2005. Elle en a collecté… 14 autres depuis.

Une machine de travail

"Elle vit sa propre aventure olympique et ne se focalise pas sur l'une ou l'autre, elle se focalise sur elle", explique Christian Donzé, le directeur technique national. "De mon point de vue cela ne lui pose aucun problème, au contraire, cela lui permet de se concentrer sur son sujet". De toute façon, à Londres, Camille Muffat ne sera pas confrontée à Laure Manaudou, qui s'est muée en dossiste et qui nagera sur 100 et 200 dos.

Muffat-2

Depuis plus de dix ans, elle vit, pense et dort natation. Après avoir décroché son baccalauréat, elle a mis ses études entre parenthèses pour peaufiner sa préparation olympique. Sous la houlette de Fabrice Pellerin, elle enchaîne depuis des mois les kilomètres, les hautes doses d’entraînement. Des milliers et des milliers de longueurs de bassin, une troisième place aux Mondiaux de Shanghai l'an passé et une ambition très claire à quelques jours de son entrée dans la compétition : "j'ai deux courses individuelles où je vais viser l'or".