Lavillenie, l'or lui tend les bras

  • A
  • A
Lavillenie, l'or lui tend les bras
@ REUTERS
Partagez sur :

JO - Le sauteur à la perche partira grandissime favori du concours à Londres.

Champion de France, champion d'Europe, champion du monde (en salle) et... Excepté sa troisième place aux championnats du monde de Daegu (Corée du Sud), l'année dernière, Renaud Lavillenie a tout gagné. Mais il lui faudra encore un peu de sérieux et de concentration pour décrocher le Graal olympique.

Des progrès constants

Ce petit gabarit (1,77 m pour 69 kilos) a débuté sur le tard le saut à la perche. Ce n'est qu'à 15 ans qu'il décide de se lancer dans ce sport, à Cognac, dans sa Charente natale. Après des débuts pas vraiment très prometteurs, Renaud Lavillenie va connaître un déclic en 2007 en franchissant la barre de 5,45 m. Depuis, il n'aura jamais cessé d'améliorer sa marque. Après son premier titre de champion d'Europe à Barcelone en 2010, il franchit 6,01 m puis 6,03 m, l'année dernière à Paris-Bercy, devenant ainsi le recordman tricolore de la discipline.

Son record personnel, établi à Bercy en 2011 :

Excepté la déception d'une médaille de bronze aux Mondiaux de Daegu (5,85m), le "charentais volant" n'a quasiment connu que le succès ces dernières années. Il y a moins d'un mois, il a encore prouvé qu'il était bien le meilleur en remportant pour la seconde fois les championnats d'Europe, à Helsinki (5,97 m).

Pour imiter Galfione

Lavillenie-2
Meilleure performance de l'année (5,97 m), plusieurs victoires lors de la Ligue de diamant, que demander de mieux comme préparation pour les Jeux Olympiques ? Un mental d'acier tout simplement. Son principal adversaire, il le sait, c'est lui-même. Pour imiter Jean Galfione, champion olympique lors des Jeux d'Atlanta en 1996, Lavillenie devra rester dans sa bulle, le 10 août prochain.