JO : stupéfiante Ye Shiwen

  • A
  • A
JO : stupéfiante Ye Shiwen
Ye Shiwen a pulvérisé le record du monde du 4x100 mètres 4 nages, avec un dernier 100 mètres stratosphérique.@ REUTERS
Partagez sur :

JO - La Chinoise établit des performances proches de celles des hommes. Et éveille les soupçons.

Mardi soir, elle obtiendra sans doute sa deuxième médaille d’or olympique, celle du 200 mètres quatre nages, après celle du 400 mètres quatre nage. Ye Shiwen, 16 ans seulement, s’annonce comme l’une des stars de ces JO. Mais par ses performances stratosphériques, la nageuse chinoise attire moins la gloire que les soupçons.

Plus rapide que Ryan Lochte

Samedi, la nageuse (1,72m, 64 kilos), avait raflé le titre et pulvérise le record du monde sur 400 mètres quatre nage. Mais c’est surtout son dernier aller-retour, celui de la nage libre, qui a stupéfié les observateurs : Ye Shiwen a bouclé son dernier 100 mètres en 58’’68, alors que dans la même épreuve, mais chez les hommes, l’Américain Ryan Lochte avait signé un temps de 58’’65 sur les deux longueurs. Mieux, ou pire, la Chinoise a bouclé sa dernière ligne droite plus rapidement que son homologue masculin (28’’93 contre 29’’10).

De quoi éveiller forcément des soupçons de dopage. Et la nuée de journalistes qui l’accompagnaient lundi à la sortie du bassin, où elle venait de se qualifier pour la finale du 200 mètre quatre nages, record olympique à la clé, n’avait que ce mot-là, sinon à la bouche, au moins à l’esprit. "Il n’y a absolument aucun problème avec le dopage. L’équipe chinoise a toujours eu une ligne ferme en la matière", a réagi la jeune prodige, visiblement peu à l’aise face à toute cette attention.

Le soutien de Jonathan Edwards

Parmi les sportifs, personne n’avance directement l’hypothèse. Les autres nageurs se contentent de se montrer estomaqués par la jeune Chinoise. "Elle est impressionnante. Si elle avait été avec moi (en course), elle m'aurait peut-être battu", a souligné dimanche l'Américain Ryan Lochte. Son compatriote Michael Phelps a abondé dans le même sens lundi: "elle m'aurait dépassé aussi, elle a dépassé la plupart des gars du 4x100", a affirmé le légendaire américain.

De son côté, Arne Ljungqvist, président de la commission médicale du Comité international olympique (CIO), s’est refusé de douter de la performance de Ye Shiwen. "Dans ce cas spécifique en natation, non, je n'ai personnellement pas de raison de ne pas applaudir à ce qui s'est passé", a déclaré le Suédois, qui est également vice-président de l'Agence mondiale antidopage (AMA). "Soupçonner quelqu'un immédiatement d'avoir fait quelque chose parce que cette personne a réalisé une performance extraordinaire est triste pour le sport olympique", a-t-il estimé.

Enfin la jeune Chinoise a eu le bonheur de se voir soutenir sur Twitter par le très respecté Jonathan Edwards, recordman britannique du monde du triple saut (18,29 m). "Je me sens très mal à l’aise avec les accusations à l’encontre de Ye Shiwen ", écrit "le Goéland". "Elle n’a que 16 ans. Je préfère croire au talent jusqu’à ce qu’autre chose soit prouvée".