JO : la "dream team" 2.0

  • A
  • A
JO : la "dream team" 2.0
@ @CP3 (Chris Paul)
Partagez sur :

BASKET - Les joueurs américains ont dignement fêté leur titre, dans le vestiaire et sur Twitter.

Sur la planète basket, d'aucuns considèrent que l'équipe des Etats-Unis des Jeux de Barcelone en 1992, avec Michael Jordan ou "Magic" Johnson, est la seule qui vaille le surnom de "dream team". Nous n'entrerons pas dans ce débat sans fin.

Une chose est certaine, la cuvée 2012, qui a enlevé la médaille d'or, dimanche, face à l'Espagne, à l'issue d'une finale serrée (107-100), mérite à coup sûr le surnom de "dream team 2.0". Car LeBron James et consorts ne se sont pas contentés de célébrer leur titre olympique sur le parquet ou dans le vestiaire. Ils l'ont fait aussi sur Twitter.

Ainsi, le MVP des dernières finales NBA, qui a tout gagné cette saison avec Miami et les USA, publie une photo de lui torse nu, avec l'or autour du cou et le drapeau américain déployé derrière lui.

Médailles d'or

© LeBron James

Devant le smartphone de Deron Williams, James Harden pose, lui, habillé mais s'attire quelques remarques de twittos, qui ont noté qu'une bannière étoilée traînait sur le sol à l'arrière-plan. La mise en scène, c'est très important dans une célébration.

Ainsi de ces deux médailles d'or posées dans le bac à glaçons aux côtés des bouteilles de champagne, que l'on on retrouve quelques minutes plus tard dans le bus, sous l'objectif de Chris Paul et aux mains des champions olympiques. Paul pose aussi avec la ballon de la rencontre, qu'il a réussi à "dérober" et à faire signer par tous ses coéquipiers.





IZZZZZZ STUUUUUU!!!!!!!

Aug  12 via EchofonFavoriteRetweetReply

Certains des membres du team USA ont la célébration moins ludique, et plus obscure, avec ce que l'on imagine être des clins d'oeil, comme ce "IZZZZZZ STUUUUUU!!!!!!!" de James Harden ou ce "Whoop Whoop!!!!!!!!!!" de Carmelo Anthony. L'intérieur Kevin Love se la joue LUI collectif et associe l'ensemble de ses coéquipiers via la citation de leurs comptes. Tous, sauf deux : Kobe Bryant, l'"ancien", 33 ans, qui n'a pas de compte officiel, et Anthony Davis, le petit dernier, 19 ans, qui, quatre heures après la victoire, n'avait pas encore twitté sa réaction. Ça viendra avec l'expérience.