Badminton : la Corée du Sud honteuse

  • A
  • A
Badminton : la Corée du Sud honteuse
@ REUTERS
Partagez sur :

JO - Deux paires sud-coréennes ont été exclues des JO après deux non-matches en double féminin.

La Corée du Sud s'est réveillée jeudi avec la gueule de bois après l'exclusion de ses deux paires de double féminin de badminton. Les internautes et la presse sont très sévères avec les duos Jung Kyung-Eun/Kim Ha-Na et Ha Jung-Eun/Kim Min-Jung, qui ont participé à deux non-matches, mardi, lors de la phase de poules du tournoi olympique.

"Les joueuses sud-coréennes de badminton ont fait honte à l'esprit olympique et embarrassé le pays", écrit le grand quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo. De son côté, le Hankook Ilbo évoque "une performance grotesque" et se désole de voir les entraîneurs sud-coréens s'activer à se chercher des excuses alors qu'ils ont "insulté ce sport".

Les Chinoises mises en accusation

Car certaines voix en Corée du Sud, et notamment le quotidien Dong-A Ibo, estiment que les premières responsables de ce spectacle affligeant (volants volontairement mis dans le filet, pas ou peu d'échanges) sont les Chinoises Yu Yang et Wang Xiaoli, qui souhaitaient être dans la partie de tableau opposée à celle de leurs compatriotes Tian Qing et Zhao Yunlei, qui avaient achevé leur parcours en poule plus tôt et dont le classement était connu (2e). En perdant, Yu et Wang pouvaient nourrir l'espoir de retrouver Tian et Zhao dans une finale 100% chinoise.

La paire chinoise fait exprès de perdre :

"Ce n'est vraiment pas la peine de rendre les joueuses chinoises responsables", écrit un utilisateur sur le portail Daum.net. "C'est encore pire de les critiquer après avoir fait la même chose qu'elles. Ce qui est mal est mal." Par ricochet, le résultat de cette rencontre  a poussé les Indonésiennes Meiliana Juahari et Polii Greysia à faire exactement la même chose que les Chinoises à peine heure plus tard pour éviter les Chinoises, championnes du monde et n°1 mondiales, et ainsi affronter les Sud-Coréennes, qui venaient de l'emporter.

La deuxième paire sud-coréenne, Ha Jung-Eun/Kim Min-Jung, n'a pas cherché à jouer davantage, une victoire les plaçant dans la partie de tableau opposée à celle de leurs compatriotes. Tout le monde y trouvait son compte, mis à part le public, qui a copieusement sifflé les huit joueuses, mais aussi l'esprit olympique.

Une des deux Chinoises arrête sa arrière

badminton doubles reuters 930620

© REUTERS

Les réactions sont aussi très vives en Chine. "La délégation a d'ores et déjà critiqué sévèrement et sensibilisé les responsables du badminton, l'équipe et les joueuses en question et leur a demandé de reconnaître  la gravité et le préjudice de l'affaire, de s'excuser publiquement et d'empêcher que ce genre d'incidents se produise encore", rapporte l'agence de presse chinoise qui cite un porte-parole du comité chinois. Si Yu Yang n'a pas encore présenté ses excuses, la joueuse chinoise a annoncé sur son compte de microblog Tencent qu'elle mettait un terme à sa carrière. "C'est ma dernière compétition. Adieu à la Fédération internationale de badminton, adieu badminton bien-aimé", écrit la Chinoise, qui soulève par ailleurs une vraie question sur le format de la compétition.

"Nous avions seulement choisi d'utiliser les règles pour perdre le match. C'était seulement pour être capable de mieux jouer au second tour de la phase d'élimination directe. C'est la première fois que les Jeux olympiques modifient (le format du tournoi). Ne voient-ils par le tort qu'ils causent aux athlètes ?", se demande-t-elle. Avec l'introduction d'une phase de groupes lors de ces JO (quatre poules de trois équipes et deux qualifiés par groupe), les organisateurs ont en effet offert un terrain propice aux petits arrangements entre amis.