Andy Murray, le Graal à domicile

  • A
  • A
Andy Murray, le Graal à domicile
@ REUTERS
Partagez sur :

JO - Andy Murray a balayé Roger Federer en finale, dimanche à Wimbledon.

Murray
Il ne pouvait pas rêver mieux. Gagner l'or olympique chez lui contre le plus grand joueur de l'histoire, Roger Federer. Un rêve devenu réel beaucoup plus rapidement qu'il ne l'aurait imaginé. Dimanche sur le court central de Wimbledon, Andy Murray a infligé une véritable leçon au numéro un mondial. Une victoire express en trois sets secs (6-2, 6-1, 6-4) dans le jardin du Suisse. 

Enfin une grande victoire pour Murray

Un mois à peine après avoir perdu en quatre sets contre ce même Federer en finale de Wimbledon (4-6, 7-5, 6-3, 6-4), Andy Murray a pris sa revanche. Et quelle revanche ! Dès le début de la rencontre, l’Écossais a totalement asphyxié le septuple vainqueur de Wimbledon. Certainement usé par son match marathon en demi-finale contre l'Argentin Juan Martin Del Potro (3-6, 7-6[5], 19-17), "Rogeur" n'a jamais réussi à rentrer dans la partie. 

Revivez la balle de match :

L'Ecossais, qui succède à l'Espagnol Rafael Nadal au palmarès, s'offre là le plus beau titre de sa carrière. Il est le premier Britannique champion olympique en simple depuis un certain Arthur Gore, qui s'était imposé en 1908, déjà à Londres.

Federer, une breloque de consolation

Avec cette victoire, Murray va pouvoir décoller l'étiquette d'éternel perdant qui lui collait à la peau. Il a perdu les quatre finales d'un tournoi du Grand Chelem auxquelles il a pris part, et son pays attend toujours un titre dans une telle compétition depuis 1936. "J'ai connu beaucoup de défaites dures à encaisser dans ma carrière et c'est la meilleure manière de rebondir après la finale de Wimbledon", a expliqué le Britannique après la rencontre. "C'est fantastique".

Murray-2

Beaucoup moins à l'aise physiquement, Federer a semblé emprunté pendant toute la rencontre. Habitué à être le chouchou du public londonien, "Rogeur" a dû affronter un Central, à 200% derrière Andy Murray.

Incapable de concrétiser la moindre balle de break (0 sur 9), Federer devra se contenter de l'argent. Il s'agit de sa première médaille olympique individuelle en simple, lui qui avait été sacré en double avec Stanislas Wawrinka il y a quatre ans à Pékin. Mais elle n'est évidemment pas de la couleur espérée. L'homme aux 17 titres du Grand Chelem a toujours fait de l'or olympique un but ultime. Un rêve qui semble filer de plus en plus. Aux prochains Jeux de Rio, en 2016, "Rogeur" aura 35 ans...