Jeannie Longo en selle "en l'honneur des disparus" de Dropped

  • A
  • A
Jeannie Longo en selle "en l'honneur des disparus" de Dropped
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

CHAMPIONNATS DE FRANCE - La doyenne des cyclistes a participé aux championnats de France de contre-la-montre jeudi. Elle a expliqué avoir couru "en l'honneur de ses chers disparus", en référence aux célébrités décédées lors du crash de "Dropped", émission à laquelle elle participait. 

Habituée aux médailles et aux trophées, à 56 ans, Jeannie Longo n'a plus beaucoup l'occasion de s'émouvoir sur les podiums des championnats de France. Cette année encore moins, puisqu'elle a terminé 13e de l'épreuve du contre-la-montre, ce qui reste respectable à 56 ans. Néanmoins, elle s'est montrée très touchée au terme du parcours. Pas pour des raisons sportives, mais bien parce que la médaillée olympique est encore très marquée par le souvenir traumatique du crash des hélicoptères de l'émission "Dropped", à laquelle elle participait. Dans cet accident, plusieurs sportifs français de haut niveau (la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat) avaient perdu la vie.  

"Penser à eux, ça donne de la force." Jeannie Longo a donc affirmé avoir pédalé "en l'honneur de ses chers disparus d'Argentine", un drame qui l'a "longtemps anéantie". "En pédalant aujourd'hui (jeudi), je revoyais ces images de bonheur à Ushuaïa quand nous étions encore tous ensemble, a-t-elle expliqué à quelques journalistes. "Penser à eux, ça donne de la force. J'avais très mal à la jambe gauche en raison d'une sciatique. Mais on n'a pas le droit de se plaindre donc on oublie la douleur", a expliqué la championne olympique (course en ligne de 1996), qui participait au tournage de l'émission mais devait prendre place dans un autre hélicoptère.

Une personnalité contestée. Jeannie Longo n'avait plus participé à une épreuve d'envergure depuis ce drame, se contentant "de courses Mickey, d'épreuves cantonales". Sa participation aux Championnats de France a focalisé l'attention des spectateurs et des médias. Mais selon elle, la Fédération française de cyclisme (FFC) n'aurait pas facilité les choses. "Les commissaires ont voulu me priver de suiveur, expliquant à tort que mon mari n'avait pas le droit de prendre place dernière moi, s'est plainte Longo. J'ai dû appeler mon avocate. C'est grave car la Fédération m'a menti ! C'est de la déstabilisation". La multiple championne du monde (13 titres) et de France (59 !) se dit "consciente qu'elle agace" certaines personnes. Il y a quelques mois, la championne du monde en titre Pauline Ferrant-Prévôt avait déclaré que "Jeannie Longo pense d'abord à sa gueule avant de penser aux autres".

Longévité impressionnante. Malgré les critiques et son âge, "la" Longo ne veut pas entendre parler de retraite. "Arrêter ma carrière, ce serait donner raison à mes détracteurs ! Or j'éprouve toujours autant de plaisir à venir à la rencontre de mes supporteurs. Tous ces encouragements, ça me flatte". Sera-t-elle à nouveau là l'an prochain ? Tout dépendra de... la météo. "Je n'ai plus envie de courir sous le crachin. Ces derniers jours, j'ai regardé la météo de Louis (Bodin, le présentateur de Dropped et de TF1, ndlr). Quand j'ai vu qu'il ferait beau à Chantonnay, j'ai décidé de venir, a-t-elle raconté. Je suis logée dans un chouette gîte, entourée de vaches. Je suis bien...". 

Pas de limite à sa carrière. Longo ne participera sans doute pas à la course en ligne samedi, s'estimant "incapable de réagir aux accélérations". "Je ne vais pas dire aux filles d'y aller mollo sous prétexte que j'ai mal à une jambe", plaisante la Savoyarde. Mais elle restera en selle tant qu'elle en aura les moyens. Avec une recette infaillible : "J'ai une hygiène de vie impeccable qui explique ma longévité. Je fuis tous les produits chimiques".  Et elle ne fixe aucune limite à sa carrière: "Mon papa faisait encore de l'exercice tous les matins à plus de 80 ans. Alors..."