Il quitte le terrain en larmes après avoir été victime de cris racistes

  • A
  • A
Il quitte le terrain en larmes après avoir été victime de cris racistes
Partagez sur :

Lors d'un match du championnat de Serbie de football, Everton Luiz, joueur du Partizan Belgrade, a quitté le terrain en pleurs après avoir été victime d'insultes racistes durant tout le match.

Dimanche, le milieu brésilien du Partizan Belgrade, Everton Luiz, a quitté la pelouse en pleurs, à la fin d'un match contre la formation de Rad, après avoir essuyé des cris racistes depuis les tribunes tout au long de cette rencontre comptant pour le championnat serbe, a rapporté la télévision B92. Chaque fois qu'il touchait le ballon, Everton Luiz, 28 ans, essuyaient des cris de singe en provenance d'un groupe de supporteurs de Rad Belgrade, selon la même source.

Cris de singes et banderoles insultantes. Peu avant la fin, le match était brièvement interrompu lorsque les supporteurs de Rad ont également brandi une bannière avec un message insultant à l'encontre du Brésilien. La police est intervenue pour mettre fin à la cohue sur la pelouse.



Lorsque l'arbitre a sifflé la fin du match, Everton Luiz est allé face aux supporteurs de Rad pour leur adresser un doigt d'honneur, selon les images diffusées par une autre chaîne locale. Son geste a provoqué l'ire des joueurs de Rad, qui ont voulu s'en prendre au Brésilien.

Everton Luiz quitte la pelouse en pleurs, consolé par ses coéquipiers. Sur les images diffusées, on voit le défenseur de Partizan quitter la pelouse en pleurs, consolé par ses coéquipiers. "C'est un retour dans la réalité du football serbe", a déploré après le match l'entraîneur de Partizan, Marko Nikolic.

"Je n'ai pas pu cacher les larmes parce que j'essuyais des insultes racistes des tribunes pendant les 90 minutes", a déclaré le footballeur de 28 ans, également passé par la Suisse. "J'étais davantage bouleversé par l'attitude des joueurs adversaires qui, au lieu de calmer le jeu, soutenaient ce comportement", a-t-il affirmé, en ajoutant qu'il voulait "tout oublier le plus vite".