Hugo Lloris : "On commence à avoir nos repères"

  • A
  • A
Partagez sur :

À quatre jours du début de l’Euro, le capitaine des Bleus Hugo Lloris a mis l’accent sur l’importance de bien commencer la compétition, vendredi face à la Roumanie.

INTERVIEW

À l’image de leur capitaine, les Bleus avancent confiants, au moment d’aborder l’Euro, vendredi soir au Stade de France. "On se sent très bien", confirme Hugo Lloris sur Europe 1. "On a fini notre préparation avec une bonne performance face aux Écossais, ce qui nous permet d’être en pleine confiance et en pleine sérénité afin d’aborder le match d’ouverture, qui sera très important pour la suite du tournoi."

"Monter en puissance à travers les matches de poule". La victoire contre l’Écosse, samedi, a permis à l'équipe de procéder aux ultimes réglages, bien que la faible opposition offerte par l’équipe au tartan n’a pas suffi à rassurer en défense. La charnière Rami-Koscielny, chahutée face au Cameroun, sera donc jugée pendant le tournoi. "S’ils sont là, c’est qu’ils ont été performants", assure Hugo Lloris. "Après, comme vous le savez, on a eu quelques pépins. Le sélectionneur a dû s’adapter par rapport à tout ça, mais aujourd’hui, après une semaine pleine de vie commune, je pense que tout le monde a retrouvé ses repères. On enchaîne les entraînements, on a enchaîné deux matches de préparation, donc on commence à avoir nos repères, nos automatismes et on va également monter en puissance à travers les matches de poule". Et le gardien de Tottenham de rappeler "l’importance de bien commencer pour engranger de la confiance et mettre la bonne énergie sur le terrain pour sentir également les Français derrière nous."

Entendu sur Europe 1
On ne pourra véritablement juger le niveau de l'équipe qu'à la fin du tournoi.

"Des joueurs qui ont progressé" depuis 2014. Après deux années de matches amicaux, la compétition reprend donc ses droits pour l’équipe de France, qui essayera de faire mieux qu’à la Coupe du monde 2014, où les hommes de Didier Deschamps s’étaient arrêtés en quarts de finale. "On le souhaite. L’objectif, c’est d’aller le plus loin possible, de repousser nos limites. On ne pourra véritablement juger le niveau de l’équipe qu’à la fin du tournoi. A l’intérieur, on sent des joueurs qui ont progressé, évolué mais maintenant il va falloir le prouver sur le terrain."

Entendu sur Europe 1
Face à la Roumanie, on s'attend à un match délicat.

La Roumanie, "une équipe très solide". D’autant que le prochain adversaire des Bleus, la Roumanie, a tout du piège à éviter. "C’est une équipe très compétitive, très solide, qui encaisse très peu de buts, donc on s’attend à un match délicat, avec une équipe qui va nous attendre et qui va procéder en contre-attaque", prévoit Hugo Lloris. "Ce sera à nous de mettre de l’intensité dans ce match, d’essayer de les pousser à la faute tout en ayant en tête de garder un certain équilibre pour ne pas prendre de risque au niveau des contres."

Les mots de Hollande "ont été importants pour nous jeunes joueurs". Les Bleus pourront en tout cas compter sur le soutien du public. "Il faut que ça nous serve à nous dépasser", explique l’ancien Lyonnais. Au premier rang de ces supporteurs, François Hollande, qui a rendu une visite au groupe dimanche. "C’est toujours un privilège et un plaisir de partager un petit moment avec le président de la République. Ses mots ont été importants pour nos jeunes joueurs. Ce sera le premier de nos supporteurs", se réjouit Hugo Lloris.

Après un dernier entraînement en public lundi après-midi à Clairefontaine, les Bleus sont désormais soumis au huis clos. Avec un objectif : être fin prêts vendredi, à 21h. Le rendez-vous est pris.