Froome assure avoir "suivi les conseils du médecin" pour augmenter la dose de salbutamol

  • A
  • A
Partagez sur :

"Mon asthme s'est accentué durant la Vuelta, donc j'ai suivi les conseils du médecin de l'équipe pour augmenter mes doses de salbutamol", a explique le cycliste britannique.

Le cycliste britannique Christopher Froome, qui a subi un contrôle anormal au salbutamol lors de la Vuelta 2017, a assuré mercredi dans un communiqué avoir "suivi les conseils du médecin de l'équipe" Sky pour augmenter son dosage face à une aggravation de son asthme. "Mon asthme s'est accentué durant la Vuelta, donc j'ai suivi les conseils du médecin de l'équipe pour augmenter mes doses de salbutamol. Comme toujours, j'ai pris les plus grandes précautions pour faire en sorte de ne pas dépasser la dose permise", assure le coureur qui avait remporté le Tour d'Espagne.

"Il est de notoriété publique que j'ai de l'asthme et je connais exactement les règles. J'utilise un inhalateur pour ménager les symptômes (toujours dans les limites permises) et je sais que je suis évidemment testé chaque jour que je porte le maillot de leader", a-t-il ajouté, assurant qu'il fournirait à l'Union cycliste internationale (UCI) "toute information qu'elle demandera".

Selon l'équipe Sky, "les analyses indiquent une présence de Salbutamol à une concentration de 2.000 nanogrammes par millilitre (ng/ml)". L'Agence mondiale antidopage (AMA) fixe le plafond autorisé à 1.000 nanogrammes par millilitre. "L'UCI a informé Chris qu'un test d'urine conduit le 7 septembre 2017, après la 18e étape de la Vuelta, a révélé une concentration de Salbutamol excédant la limite, ce qui nécessite qu'il fournisse des informations confirmant qu'il n'a pas inhalé plus que la dose permise", assure l'équipe britannique. Le Britannique encourt la perte de sa victoire dans la Vuelta et risque d'être suspendu mais il n'est pas soumis à "une suspension provisoire obligatoire" en raison de la nature de la substance incriminée.