France-Corée du Nord : le match immanquable du week-end

  • A
  • A
France-Corée du Nord : le match immanquable du week-end
Juliane Gathrat a marqué le deuxième but tricolore face au Japon, en demi-finales.@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

FOOT - L'équipe de France féminine des moins de 20 ans affronte la Corée du Nord en finale de la Coupe du monde, samedi.

Barça-Real, match du week-end ? Vous n'y êtes pas du tout. Le grand rendez-vous football, pour nous supporters français, a lieu bien loin du Camp Nou…

Une affiche exotique mais… Un lieu ? Port-Maresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Un adversaire ? La Corée du Nord. Un horaire ? 10h30. La finale de la Coupe du monde des moins de 20 ans que l'équipe de France féminine doit disputer samedi est un modèle d'exotisme. Forcément, le diffuseur est un peu singulier lui aussi puisque cette rencontre sera diffusée sur les antennes d'Eurosport 2*, le canal d'Eurosport étant dédié au ski.

… relevée. La Corée du Nord, vraiment ? Seulement 121ème nation chez les hommes, la Corée du Nord est en revanche une valeur sûre du football féminin. Le pays pointe en effet au 9ème rang mondial, devant… le Brésil. Pour rappel, la France est troisième de ce classement Fifa, dominé par les États-Unis. Comme la France, la Corée du Nord peut compter sur un joli vivier : le pays a en effet remporté le Mondial féminin des moins de 17 ans l'été dernier. C'est donc à une très belle affiche que le National Football Stadium de Port Maresby va assister samedi. Comme nous le rappelle le site très complet Foot d'elles, ce sera également une revanche puisque plusieurs de ces jeunes filles - cinq côté français, dix côté nord-coréen - s'étaient déjà croisées en 2012, en finale déjà, lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans. Et les Bleuettes l'avaient emporté aux tirs au but (1-1, 7-6 aux tab). Un heureux présage ?

Découvrez le parcours des Bleus jusqu'à la finale :

De nouvelles têtes à découvrir.Mylene Chavas, Clara Matéo, Marie-Charlotte Léger… Ces noms ne vous disent peut-être rien encore, mais elles évoluent déjà pour la plupart dans l'élite du football féminin français, en première division. C'est le cas également de Juliane Gathrat, qui a inscrit le but de la victoire face au Japon, en demi-finales (2-1 a.p.), et qui porte habituellement les couleurs de Metz. "Si on reste solidaire comme ça, qu'on met la même énergie et le même état d'esprit qu'on a mis face au Japon, je pense qu'on peut gagner la finale", confie-t-elle sur le site de la Fédération française de football. Mais l'attraction principale de cette jeune équipe de France, ce sont sans doute ses deux jumelles, âgées de 19 ans, les sœurs Cascarino (rien à voir avec l'ancien attaquant irlandais de l'OM), la défenseure Estelle et l'attaquante et capitaine Delphine. La deuxième nommée avait inscrit le seul but de la victoire sur l'Allemagne en quarts de finale, le vendredi 25 novembre (1-0).

Une dynamique positive à enclencher. Alors que les grandes Bleues ont eu du mal à confirmer ces deux dernières années (deux éliminations successives au stade des quarts de finale, au Mondial 2015 puis aux JO 2016), les Bleuettes ont l'occasion de montrer une nouvelle fois qu'on peut aller au bout en portant le maillot frappé du coq. Elles l'avaient déjà montré en 2012 lors du Mondial des moins de 17 ans mais aussi cette année, lors du championnat d'Europe des moins de 19 ans, pour la quatrième victoire tricolore dans cette épreuve.

"C'est toujours super d'aller chercher des titres, d'autant que cet été, on a été sacré champion d'Europe en Slovaquie, donc enchaîner titre de champion d'Europe et titre de champion du monde, ce serait extraordinaire", confie au micro d'Europe 1 le sélectionneur des Bleuettes, Gilles Eyquem.

D'autant que la France n'a jamais encore gagné le Mondial féminin des moins de 20 ans, créé en 2002 et qui a lieu tous les deux ans. "Il y a beaucoup de choses qui effectivement nous font penser que ça va être un moment très important", poursuit le technicien tricolore. "On a l'avantage d'être loin, avec des moyens de communication qui sont compliqués. On n'a peut-être pas encore ce ressenti et cette pression." Que Gilles Eyquem se rassure, il ne s'agit que de pression positive et on sera tous derrière les Bleuettes, samedi matin, en espérant qu'elles imitent les Paul Pogba, Florian Thauvin et autre Samuel Umtiti qui avaient remporté leur Mondial des moins de 20 ans à l'été 2013.

*Disponible sur le canal 122 de CanalSat et 34 de Free.