France-Albanie : ce qui inquiète chez les Bleus

  • A
  • A
France-Albanie : ce qui inquiète chez les Bleus
Pogba, Matuidi et le milieu français ne brillent pas forcément depuis le début de l'Euro.@ Bertrand LANGLOIS/AFP
Partagez sur :

ANALYSE - L’équipe de France n’a pas tout réussi, loin de là, mercredi soir, contre l’Albanie (2-0).

Deux matches et deux victoires qui se dessinent dans les deux dernières minutes du temps réglementaire : l’équipe de France n’a pas exactement commencé "son" Euro de la manière la plus flamboyante qui soit, même si, et c’est là l’essentiel diront les plus pragmatiques, les 6 points sont là, et la qualification pour les huitièmes de finale itou. Mais comme on n’aura pas toujours le loisir d’affronter la 19ème (Roumanie) ou la 45ème équipe au classement Fifa (Albanie) à chaque fois, il semble nécessaire de bosser un peu certaines carences, avant de se mesurer à du (plus) gros.


Toute l'actu de la compétition, sur le Lab Euro, le site qui ne se contente pas des trois points ! 

Pas "action", "réaction". Jusqu’à la pause de France-Albanie, la question nous a tous un peu titillés : était-on en train d’assister à la purge de cet Euro ? Deux ersatz d’occasions, une palanquée de passes manquées, un manque de coordination entre les lignes : les Bleus ont livré une première période indigente face à une équipe d’Albanie dans son rôle, défensive et solidaire. Cette fois, au moins, les Bleus n’ont pas été mis en danger, comme ils l’avaient été cinq jours plus tôt contre la Roumanie. "On n'a pas tout bien fait, mais si vous voyez une équipe qui a tout bien fait, dites-le moi", a insisté le sélectionneur, Didier Deschamps, en évoquant notamment la performance de ses joueurs en première mi-temps. Alors, "DD", désolé de te le dire, mais on a déjà vu mieux lors de cet Euro, avec par exemple l’Italie, une équipe que tu connais bien, compacte, disciplinée et vainqueur de la Belgique (2-0).

"On a fait une première mi-temps d’horreur", a commenté notre consultant Guy Roux. "Et ce n’est pas à cause de la formation de l’équipe qu’il y avait. Personne ne bougeait, personne ne se démarquait, c’est incroyable, on n'a fait aucun jeu." Commencer son match en deuxième période et marquer dans les deux dernières minutes, c’est bien pour le suspense, mais contre des équipes moins repliées que la Roumanie et l’Albanie, ça risque de ne pas le faire.

Système U…nique ? Les avis divergent au moment d’analyser le choix de Didier Deschamps d’opter pour un dispositif tactique en 4-2-3-1 au coup d’envoi de France-Albanie, mercredi : essai réalisé au bon moment ou cartouche tactique grillée trop tôt ? Car, pour le coup, tout le monde est désormais au courant : la France peut difficilement jouer autrement qu’en 4-3-3. Le système à deux milieux défensifs et un meneur de jeu utilisé en début de match ne fonctionne pas. La France a en effet signé sa plus mauvaise mi-temps depuis des lustres. La deuxième, où "DD" avait décidé de revenir à son classique 4-3-3, a été bien plus convaincante. Dans le 4-2-3-1, un homme a montré ses limites actuelles : Blaise Matuidi. Rarement dans le bon tempo, le joueur du PSG pourrait être ménagé, dimanche, pour le match contre la Suisse. On verrait bien Yohan Cabaye obtenir un peu de temps de jeu, pour son retour à Lille.

Tendres jeunes. Comme Thierry Henry et David Trezeguet lors de la Coupe du monde 1998, Anthony Martial et Kingsley Coman ont eu la chance, à 20 ans eux aussi, de disputer avec la France une rencontre d’un grand tournoi au Stade Vélodrome de Marseille. Mais la comparaison s’arrête là. Car si Henry avait marqué le troisième but des Bleus contre l’Afrique du Sud, ni Martial ni Coman ne se sont montrés décisifs. Pire, pour le premier, il a carrément été mauvais, ratant à peu près tout ce qu’il a entrepris. Pour Coman, le bilan est un petit peu plus flatteur, mais doit-on se contenter, dans un match contre l’Albanie, d’une roulette réalisée en bord de touche ? Voilà les deux jeunes espoirs tricolores renvoyés pour un temps à leur rôle de "super sub" (ou moins super, d'ailleurs).

Le cas Pogba. Que ses fans nous pardonnent, mais oui, il y a bien un cas Pogba. Mis sur le banc au coup d’envoi après sa performance décevante contre la Roumanie, il n’a pas vraiment cassé la baraque en entrant à la mi-temps, mercredi soir, malgré une dernière ouverture lumineuse sur le 2-0. Il s’est surtout signalé par une glissade en pleine surface de réparation, démontrant qu’il avait décidément bien du mal à se chausser. Attendu comme l’un des leaders techniques des Bleus, Pogba déçoit. Mais, visiblement, l’homme est en colère et son réveil est peut-être pour bientôt…

Une défense sans attaque (en face). Contre la Roumanie, il y avait eu le sauvetage sur sa ligne d’Hugo Lloris dès la 4e minute de jeu. Face à l’Albanie, il y a eu le poteau qui a renvoyé le cuir sur une intervention de Bacary Sagna. Lors de ces deux premiers matches, la France aurait pu être sanctionnée (et menée) pour ses errements. La performance générale de la défense, mercredi soir, face à l’Albanie, a été globalement rassurante - avec un "big up" à Adil Rami pour son centre décisif -, mais doit-on considérer l’opposition du soir, incarnée par l’avant-centre du FC Vaduz, club du Liechtenstein, comme un vrai test ? Pas vraiment. Alors, on s’inquiète un peu, toujours.