Brésil : Thiago Silva tacle Neymar et son sélectionneur

  • A
  • A
Brésil : Thiago Silva tacle Neymar et son sélectionneur
@ REUTERS
Partagez sur :

SAUDADE - Le défenseur central du PSG s'en est pris directement à son coéquipier en sélection du Brésil à propos du brassard de capitaine.

Thiago Silva a perdu de sa superbe. Depuis sa Coupe du monde ratée au Brésil, le défenseur central du PSG a perdu son brassard de capitaine en sélection nationale au profit de Neymar. Le Parisien s'est dit "contrarié" par cette décision, dimanche devant les médias brésiliens. Dans son viseur : la star du FC Barcelone, avec qui il n'a eu aucune explications. "Ce n'était pas à moi d'aborder le sujet en premier. Il (Neymar) n'est pas venu m'en parler. Personne ne m'en a parlé. Cela s'est fait sans explications. C'est cela qui me contrarie", a confié Thiago Silva.

"C'est douloureux". "J'ai l'impression de perdre de l'espace. On m'a retiré quelque chose qui m'appartenait. C'est douloureux, mais c'est comme ça", a encore commenté le défenseur, qui avait paru émotionnellement très friable pendant le Mondial, notamment contre le Chili en huitième de finale, quand le Parisien s'était tenu à l'écart lors de la séance de tirs aux buts. "J'essaie de garder ma réserve. J'ai parlé (de la situation) avec quelques joueurs avec qui j'ai le plus d'intimité, mais je ne préfère pas dire leurs noms pour qu'ils n'aient pas ensuite à en souffrir", a ajouté Thiago Silva.

Plus titulaire en sélection. "En ce moment, je ne vais pas vous dire que je suis heureux, je ne le suis pas", a enchaîné le défenseur brésilien, qui a raté, après le Mondial, les deux premières convocations du nouveau sélectionneur brésilien Dunga alors qu'il était blessé. De retour depuis un mois, il a été convoqué pour les amicaux Turquie-Brésil (victoire 4 à 0) et Autriche-Brésil. Mais contre la Turquie, la semaine dernière, Thiago Silva est resté sur le banc. Pire : le défenseur central devrait aussi le rester contre l'Autriche, au profit de Joao Miranda, le joueur de l'Atletico Madrid. Le Mondial raté du Brésil a laissé des traces.